• Araignées

     

    J'aime l'araignée et j'aime l'ortie

    Parce qu'on les hait

    Et que rien n'exauce et que tout châtie

    Leur moindre souhait.

    ( Victor Hugo )

     

    En voici quelques unes rencontrées cet été :

     

    L'épeire diadème (corps de 10 à 13mm de long) ,à son poste au même endroit tous les matins au milieu de sa toile , patiente , affamée sans doute mais  prudente , courant se réfugier dans sa retraite à la moindre alerte

     

    Araignées

    La misumène (misumena vatia ) , petit crabe blanc de nos jardins,aux 2 premières paires de pattes plus longues que les autres,

    dodue et propre sur elle . Elle ne fait pas de toile . La femelle est plus grosse que le mâle  (corps 10 mm de long  pour l'une , 4-5mm pour l'autre )

    Sa coloration varie du blanc au jaune suivant la fleur où elle a pris ses quartiers.

    Chez moi,elle affectionne la menthe et le buddleia.

     

    Araignées

    Araignées

    La pisaure admirable (pisaura mirabilis) grosse araignée gris-brun à bande centrale longitudinale (corps de la femelle :10 à 15 mm de long,celui du mâle 10 à 13 mm) a une vie privée très particulière:

    Pour accéder à ses faveurs ,le mâle lui fait un présent :une proie qu'elle dégustera pendant l'accouplement.

    Quand la femelle aura pondu,au lieu d'abandonner ses oeufs, elle tissera un cocon pour le contenir et le transportera sous son corps . Peu avant l'éclosion,elle tissera une toile en forme de dôme qu'elle fixera sur de plantes basses et elle montera la garde jusqu'à la naissance des petites araignées

    Araignées

    L'épeire fasciée ,rencontrée très souvent,au soleil,dans las hautes herbes,tapie dans a toile caractéristique avec son stabilimentum en zigzag ;Elle peut difficilement échapper aux regards avec ses rayures jaunes et noires.Là encore,le mâle est plus petit que la femelle ( corps de 4-5 mm de long pour le mâle et de 15 mm pour la femelle ).Il arrive que le mâle soit dévoré par la femelle après l'accouplement.

    Araignées

    Araignées

     

     

     

     

     

    « Le monstre velu .Le mouton . »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 10:56

    Belle série sur les araignées. A force de les photographier et de me renseigner sur leur biologie, j'ai appris à les regarder d'un œil beaucoup plus sympathique. J'ai découvert entre autres que si elles n'existaient pas, la vie sur terre serait impossible. Bonne journée :-)

    2
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 11:22

    Bonjour Sophie.

    Une excellente année à toi et tes proches.

    J'en ai pris qui ressemble beaucoup à ta première photo, mais je n'y connais rien, alors merci pour les explications.

    Bon dimanche.

    3
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 17:09

    Bonjour Sophie, j'en connais quelques unes sauf le petit crabe blanc, même pas peur !! Bonne soirée.

    4
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 17:17

    Jolie série de ces incroyable mécaniques que j'admire !
    Merci pour le partage Sophie, et bravo pour tes photos.
    Bonne fin de journée

    5
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 17:24

    bonjour,

    une bien belle serie d'une petite bête que je n'aime guère et pourtant je la photogrphie quelques fois

    6
    Jeudi 9 Avril 2015 à 22:16
    richardunord

    ça mérite qu'on cite l'ensemble... :-))

    J'aime l'araignée et j'aime l'ortie,
    Parce qu'on les hait ;
    Et que rien n'exauce et que tout châtie
    Leur morne souhait ;

    Parce qu'elles sont maudites, chétives,
    Noirs êtres rampants ;
    Parce qu'elles sont les tristes captives
    De leur guet-apens ;

    Parce qu'elles sont prises dans leur oeuvre ;
    Ô sort ! fatals noeuds !
    Parce que l'ortie est une couleuvre,
    L'araignée un gueux;

    Parce qu'elles ont l'ombre des abîmes,
    Parce qu'on les fuit,
    Parce qu'elles sont toutes deux victimes
    De la sombre nuit...

    Passants, faites grâce à la plante obscure,
    Au pauvre animal.
    Plaignez la laideur, plaignez la piqûre,
    Oh ! plaignez le mal !

    Il n'est rien qui n'ait sa mélancolie ;
    Tout veut un baiser.
    Dans leur fauve horreur, pour peu qu'on oublie
    De les écraser,

    Pour peu qu'on leur jette un oeil moins superbe,
    Tout bas, loin du jour,
    La vilaine bête et la mauvaise herbe
    Murmurent : Amour !



    Victor HUGO

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :