• En préparant mon article de demain , je me suis aperçu que je ne peux plus ajouter aucune image .

    Et de plus , des photos d'articles antérieurs ont disparu -du moins c'est ce que je constate sur mon écran .

    Il n'y a aucune raison pour que ça s'arrange , l'informatique et moi ...

    A bientôt , peut-être !


    14 commentaires
  •  

    En découvrant le thème choisi pour le prochain tableau du samedi , les métiers oubliés , j'ai pensé aux brodeuses d'autrefois .

    J'ai conservé une coiffe qui m'avait été donnée quand j'étais petite par une très vieille demoiselle qui me gardait .

     

    La gouline .

     

    "Mademoiselle Marthe " avait dû être très jolie autrefois et je crois qu'elle  était restée célibataire par fidélité à un amoureux fauché par la mort à la guerre , cela se rencontrait encore à l'époque . Elle habitait une petite maison sarthoise et chez elle il y avait de grandes armoires qui sentaient bon la cire -et la lavande quand on les ouvrait . Ce qu'elle faisait  parfois pour me montrer quelques petites merveilles  de son métier d'autrefois  : elle avait été brodeuse .

    Il y avait parmi ses trésors des coiffes qu'on appelait des "goulines" , la goule étant le visage en patois sarthois .On devait encore en porter dans sa jeunesse .

    Par rapport aux coiffes d'autres régions , elles étaient assez simples mais elles étaient plus ou moins brodées et ornées de volants selon la fortune de celle qui la portait .

    Et elle m'avait fait cadeau de celle-ci .

     

    J'ai retrouvé aussi des broderies réalisées sur des morceaux de cotonnade extrêmement fine et découpés dans l' attente d' une utilisation : incrustation dans une nappe peeut-être . Je ne sais pas d'où cela vient , qui les a réalisées  aussi finement  mais ce sont des petits chefs d'oeuvre . Ma mère n'est plus là pour me renseigner...

     

    La gouline .

     

     

    La gouline .

     

     

    La gouline .

     

    La gouline .

     

    Pour revenir à la gouline , elle me rappelle le patois sarthois qui vivait ses derniers beaux jours  à l'arrivé de mes parents dans la Sarthe où ils avaient été nommés parce que c'était alors un département déficitaire en enseignants .

    Des villageois roulaient encore les r , comme on faisait au temps de Louis XIV , leur  vocabulaire était pittoresque et il aurait parfois fallu un lexique si on avait "le comprenouère bouché " ."Asteure " , c'est  pu comme avant ...

    La première fois que ma mère a entendu un gamin de la classe lui demander de sortir pour aller "gâter dl'iau " , il lui a fallu quelques secondes pour comprendre qu'il avait envie d'uriner . Elle venait des Hautes Pyrénées , où elle avait pris l'accent : il a fallu s'adapter de part et d'autre !

    Travailler dur  , c'était "ourser" .

    Recevoir une " berdancée ", c'était prendre une râclée .

    Un tablier , c'était un "devantiau "...

    Les filles , c'était des " fumelles ". les garçons disaient de certaines qu'elles étaient "emballes " ( bêcheuses ) , ou qu'elles avaient "la goule enfarinée "

    Sur la mare du jardin  , il y avait des "  guernouilles " et dans les champs , des couâs (corbeaux ) .

    " Heulà " J'espèrre que vous ne direz pas , en arrivant au bout de cet article qu'il "ne vaut pas un pet de lapin" , ni  que c'est "de la rroupie de sansonnet ."


    18 commentaires
  •  

    Encore quelques jours pour finir l'année .

    Je vous les souhaite agréables malgré tout .

    Je  serai peu présente dans la blogosphère  ces temps-ci car mon PC est en chantier .Je dois trier et enregistrer avant de me lancer dans le nettoyage et cela prend du temps !

    Voici quelques tableaux qui pourraient encore très bien représenter notre vie actuelle en ce temps de "Fêtes"...

     

    Berthe Morisot  (1841-1895 )

     Effet de neige .

     

      

     

    Gustave Courbet ( 1819-1877 )

    Nature morte aux pommes .

     

     

    Marguerite Gérard (1761-1837 ) 

    Le repas du Chat .

     

     

    Léon Delachaux (1850-1919 ) 

    La mère attentionnée .

     

     

    Marguerite  Gérard (1761-1837)

    L'album de famille .

     

     

    Charles-François Daubigny  (1817-1878 )

    La neige .

     

    A bientôt !

     


    14 commentaires
  •  

    La photo , c'est du sérieux !

     

    Et il arrive que le petit modèle en ait ras-le-bol d'être sage !

     

     

    La photo , c'est du sérieux !

    Quelques années après ...

     

     

    La photo , c'est du sérieux !

    Encore quelques années se sont écoulées . C'est l'ère des teckels ..En bas à droite , Mendi attendait sagement que j'aie fini mes exploits !

    Ces photos sont tirées de vieilles diapos ...à l'aide d'un appareil pour les numériser qui a fini rapidement à la poubelle , vous comprenez pourquoi ...!

     

     


    21 commentaires
  •  

    Longueur :5,85 m .

     

     

    Longueur :3,911 m.

    Construite à New-York , transportée par bateau jusqu'à Albany .

    Troisième locomotive fabriquée en Amérique, fut la première à circuler dans l'Etat de New-York .

    Le 9 août 1831 , pour son voyage inaugural , elle remorqua trois wagons d'Albany à Schenectady à la vitesse moyenne de 20 km/h .

     

     

    Longueur :7,58 m .

    Pour son premier voyage , elle atteignit la vitesse de 126 km/h .

     

     

    Longueur : 7,575 m .

    En service sur les Chemins de Fer de l'Est .

    Détentrice du record de distance des locomotives à vapeur 

    avec 3.590.476 km .

     

     

    Longueur : 10,33 m

    Le cow-catcher placé à l'avant écartait les animaux pouvant se trouver sur la voie .

    La cheminée était évasée pour retenir les escarbilles .

    Grosse lanterne .

    Cloche annonçant l'approche du train .

     

     

    Longueur :11,425 m .

    Spécialement étudiée pour traverser les Alpes entre Vienne et Trieste par le Semmering .(adhérence maximum ) .

     

     

     

    Longueur : 10,405 m .

     

     

    Longueur : 1,20 m.

    Présentée à l'exposition de Paris en 1900 .


    19 commentaires
  •  

     

    Un guide de voyages de ...1883 .

    Retrouvé au fond d'une malle .

    Format pocket , donc en petits caractères et pour tout dire assez rébarbatif pour nous aujourd'hui !

     

     

    Un guide de voyages de ...1883 .

     

     

    Un guide de voyages de ...1883 .

    Mais à y regarder de plus près...

    D'abord la préface , qu'on sent sincère et qui est émouvante ...

     

     

    Un guide de voyages de ...1883 .

     

    Et au fil des pages , les plaies sont mises en évidence , comme par exemple dans une  longue description du siège de Strasbourg qui dura 50 jours et se termina par la capitulation de la ville  le 28 septembre 1870 .

     

     

    Un guide de voyages de ...1883 .

    Ceci me touche , j'avais grande partie de  ma famille qui était Lorraine et qui a bien sûr opté pour la nationalité française comme me l'ont appris mes recherches généalogiques .

    Dans ce guide , il y a des détails amusants comme ces conseils en matière d'habillement pour un voyage dans cette région .

     

     

    Un guide de voyages de ...1883 .

    Et aussi des publicités : quand même 87 pages ! Et sur un ton très sérieux :renseignements généraux (sociétés financières ,journaux , compagnies de chemins de fer , compagnies maritimes ...) ,Paris et ses environs (hôtels , restaurants , cafés, industries diverses ) , France (station thermales , établissements divers  ) , pays étrangers , et enfin un supplément dont j'ai extrait ceci:

     

    Un guide de voyages de ...1883 .

     

     

    Un guide de voyages de ...1883 .

     

    Et enfin ceci , destiné tout particulièrement aux dames :

     

     

    Un guide de voyages de ...1883 .

     

    Je dois avoir très mauvais esprit : si je trouve la chose amusante , je ne peux m'empêcher de penser que ces messieurs devaient voir d'un très bon oeil l'activité de cette maîtresse-sage-femme ! Pensez donc, guérir les maux ( imaginaires ?) spécifiques à la gent féminine , et en plus sans que leur épouse n'ait à lever le pied sur les tâches ménagères et sur la confection de mets bien roboratifs qui leur faisaient , l'âge venu , un petit  ventre bien rond signe de réussite !


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique