•  

     

    Une lumière d'hiver,douce cependant.

    Un grand ciel où boudent quelques brumes et où courent des nuages qui jouent à observer leur ombre tout en bas...

    Des courbes tracées par la main de l'homme et où jailliront les blés,le temps venu.

    Et si vous continuez la route,vous arrivez à Busséol,petit village tapi depuis des siècles au pied de son château.

     

     

    Paysage

    Paysage

    Sérénité.

     


    6 commentaires
  • "L'homme est l'être des lointains",c'est bien connu.Et le collectionneur plus que tout autre.

    Il a eu un coup de coeur fulgurant pour un thème précis.Les flèches de Cupidon ne sont rien à côté de celles qui l'ont atteint.Il cherche,il scrute,il fouille; avec la Toile le monde entier est à la portée de ses investigations fébriles.

    Il s'alibise,il recherche la patte de l'artiste,le travail d'orfèvre,l'imagination créatrice,la perfection.

    Il s'informe,s'instruit:il cherche l'histoire de ses objets,le pourquoi de ce qu'ils représentent.Il devient calé...

    L'objet de ses convoitises à peine acquis,il retient son souffle,tenaillé par un nouveau désir .

    Il veille jalousement sur ses objets,épie sur eux les ravages du temps qui ne respecte rien.La moindre imperfection soudain remarquée le rend malade.

    Quel souci ! Quels délices!

    Après m'être étonnée de cette addiction,j'ai fini par me demander,entre moi et moi,si je n'en étais pas atteinte moi aussi,sous une autre forme ,dans ma chasse photographique et ce désir jamais rassasié de capter ce que je ne reverrai plus jamais sous la même forme

     

     

    Collectionnite.

    Collectionnite.

    Collectionnite.

    Collectionnite.

    Collectionnite.

     

     

    Et je me suis répondu...

    Tant pis,je continue

    avec moi aussi un alibi:mieux voir,savoir plus ...et faire des progrès!


    1 commentaire
  • J'aimerais pouvoir restituer ne serait-ce qu'une parcelle  du charme de ce qui est humble, éphémère,tel l'instant où le bouleau joue les cadrans solaires,où la bignone  se désaltère dans les nuages,où la petite punaise trapue,se sachant observée,se cache sous la feuille,où la dentelle fragile des ailes d'un insecte tombe sur le miroir d'une flaque...


    1 commentaire
  • Encore sous le charme de très belles photos de hérons et d'insectes vues récemment,je me mis à considérer d'un autre oeil le petit étang qui m'est familier et à penser que je n'avais peut-être pas su en voir les richesses,par précipitation peut-être.

    Un petit soleil de décembre aidant, je partis l'explorer, d'un regard que je voulais neuf et  plus aiguisé.

    A mon arrivée précautionneuse,tout était silencieux.

    Contrairement à ce qui se passait parfois (trop rarement hélas) ,aucun héron craintif ne s'envola à mon arrivée.Pas un canard sur les eaux non plus.Je décidai de patienter et de rester le temps nécessaire pour faire sourire la chance.

    Comme il fallait bien que je me tienne compagnie dans ce désert (apparent?),je laissai mon esprit dériver dans  les associations d'idées.

    Le bleu de l'eau me rappela ce que j'appelle" ma période bleue",celle où j'avais la chance d'habiter près du Lac Léman.Je revis la profusion de cygnes qu'il y avait alors,ce magnifique oiseau qui a inspiré tant d'artistes,poètes et musiciens, et qui fait l'objet de tant de mythes 

    La legende grecque de Léda me revint alors à l'esprit et  je pensai  à une  belle statue la représentant en compagnie du cygne,dans une scène ludique, avec beaucoup de délicatesse.

    Pour les photos,la journée était ratée.Il restait l'imaginaire ,le jeu...Et si j'incorporais cette statue dans un de mes dessins et retravaillais le tout , pour voir ?

     


    1 commentaire
  • Ce blog s'intitule "Les bonheurs de Sophie" en référence à la Comtesse de Ségur et au monde de l'enfance.

    L'enfance,ce temps où l'avenir est à perte de vue ,la curiosité toujours renouvelée.

    Ce temps où la hauteur des arbres nous donne le vertige,où les passeroses balancent leurs corolles au-dessus de nos têtes,où les chats parlent,où les châteaux sont hantés ,où les joies,les chagrins,les indignations, parfois ,sont immenses et tout neufs

    Vertige

    passeroses

    chat

    Gardons quelque chose de notre âme d'enfant pour que nos journées ne soient pas des traversées arides


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique