•  

    Méli-mélo de mai .

     

     

    Méli-mélo de mai .

     

     

    Méli-mélo de mai .

     

     

    Méli-mélo de mai .

     

     

    Méli-mélo de mai .

     

     

    Méli-mélo de mai .

     

     

    Méli-mélo de mai .

     

     

    Méli-mélo de mai .

     

     

    Méli-mélo de mai .


    17 commentaires
  •  

    " Soyons reconnaissants aux personnes qui nous donnent du bonheur ; elles sont les charmants jardiniers par qui nos âmes sont fleuries ."  Marcel Proust .

     

     

    Sans titre .

     

     

    Sans titre .

     

     

    Sans titre .

     

     

    Sans titre .


    13 commentaires
  • Il est obligé de constater que les fleurs sauvages diminuent , et en variétés et en nombre .Les causes sont malheureusement

    multiples :urbanisation , raréfaction des insectes pollinisateurs , pollutions , fauchages répétés etc...

    Cela ne semble pas inquiéter grand monde et nous allons transmettre aux générations futures une nature fade, uniforme ,

    monotone , amputée de bien de ses créations .

    Certaines fleurs sont rares mais on les rencontre ici et là ,en quelques exemplaires disséminés sur à peine quelques mètres - ou kilomètres pour certaines , dans des endroits devenus presque confidentiels.C'est le cas de l'anémone pulsatille et de la benoîte des ruisseaux que nous avons vues récemment .

    Il en est de même pour la pétasite , repérée fin mars en moyenne montagne sur les talus d'une route passant

    dans un petit bois humide

     

     

     

     Et dans la vallée de Chaudefour  ces jours -ci .

     

     

     

     

    La céphalanthère   se fait rare également dans un petit bois longeant d'anciennes gravières en bordure d'Allier mais on en repère tout de même quelques petites nappes .

     

     

     

     

    Les orchis sont présents également , mais très peu nombreux .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De même le muscari à toupet .

     

     

     

     

    Mais ce qui m'étonnera toujours , c'est de trouver  une fleur en exemplaire unique , cachée dans des broussailles , dans des endroits ingrats au possible :comment est-elles venue là , solitaire , méconnue et souvent destinée à être piétinée ?

     

     

    L'astragale à feuilles de réglisse .

     

     

    La buglosse des champs .

     

     

    L'ancolie commune .


    17 commentaires
  •  

     

    Pour le parfum ...

     

     

     

    Pour le parfum ...

     

     

     

    Pour le parfum ...


    15 commentaires
  •  

    En moyenne montagne , les paysages viennent de sortir de leur léthargie et on a parfois sous les yeux de véritables tableaux naïfs .

     

     

    La benoîte des champs .

     

     

    Bien que quelques uns fassent encore de la résistance , les arbres exultent d'avoir une  chevelure toute neuve , encore vierge des attaques de toutes sortes.

     

     

    La benoîte des champs .

     

     

     

    La benoîte des champs .

     

     

     

    La benoîte des champs .

     

     

    Les vieilles pierres  sourient sous cette caresse 

     

     

    La benoîte des champs .

     

     

    Les  maisons sont ragaillardies .

     

     

    La benoîte des champs .

     

     

    Les troupeaux sont étonnés  de revoir du monde

     

     

    La benoîte des champs .

     

     

    Les fossés chantonnent , encore gorgés d'eau , et la populage rutile .

     

     

    La benoîte des champs .

     

     

    Et , toute modeste , un peu en retrait , la benoîte des ruisseaux ( geum rivale ) ,  termine pensivement sa floraison .

     

     

    La benoîte des champs .

     

     

     

    La benoîte des champs .

     

     

    Elle pousse en montagne , de 400 à 2000m , dans des lieux humides (berges , prairies ) Ses fleurs  comportent 5 pétales jaune  pâle avec des veines pourprées , convergents en cloches et masqués par des sépales brun rougeâtre à lobes dressés .

     

     

    La benoîte des champs .

     

     

    Elle doit , elle aussi être  assez rare par ici car je ne l'ai vue qu'en un endroit et en très petit nombre .

     

     


    19 commentaires
  •  

     

    Pulsatilla rubra .

    Mes yeux se sont posés par hasard  sur cette petite fleur qui baissait le tête dans le fouillis des herbes encore un peu grillées par l'hiver  ,sur le bas-côté d'une petite route peu fréquentée menant à un tout petit hameau du Cézallier .

     

     

    Pulsatilla rubra .

     

    Mise en alerte et scrutant les environs , je n'en ai trouvé qu'en cet endroit précis et sur quelques mètres seulement .

     

    C'est une espèce protégée qui est essentiellement présente dans le Massif Central sur les versants orientaux et relativement secs de différents massifs .

    Cette plante vivace et herbacée , de 10 à 30 cm de haut , est couverte de longs poils .

     

     

    Pulsatilla rubra .

     

     

    Sa fleur est pourpre violet très foncé (4 cm ) , isolée , en forme de cloche , avec 6 pétales couverts de poils argentés à l'extérieur et des étamines jaune vif .

     

     

    Pulsatilla rubra .

     

     

     

    Pulsatilla rubra .

     


    19 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique