•  

    Lorsqu'on visite la basilique Saint-Julien de Brioude , l'oeil est attiré par la tribune Sud au-dessus du narthex et les fresques du début du XIIIéme siècle  qu'on y aperçoit .Alors si on est curieux  on gravit les trente marches de l'étroit escalier tournant  en pierre qui y mène ...

     

     

     

     

     

     

     

     

    Trônant au milieu de la voûte , un Christ en majesté domine un monde angélique , certaine anges en pied , d'autres en buste , d'autres encore réduits à leur tête .Il doit y en avoir une bonne centaine  sur fond bleu ,  l'ensemble est majestueux et serein parce que superbement ordonné .

     

     

     

      

      

    Le contraste est saisissant avec la vision de l'Enfer grouillant d'êtres damnés et de créatures  monstrueuses assaillis par les flammes , qui investit l'un des murs .

     

     

     

      

     

    Une sorte de cerbère veille près d' une tour d'entrée et ricane à l'arrivée d'une âme entres deux diables costauds aux nodosités  hideuses . A noter que cette pauvre âme est manifestement présentée sous les traits d'une femme !

     

     

     

     

     

     

    En face de cet univers infernal , on voit des vertus piétiner les vices qu'elles ont trucidés et deux justes  récompensés de leurs mérites .

     

     

    Une Vertu

     

     

    Un élu . 

     

    Et pour finir , une citation d'Aldous Huxley qu'on peut apprécier , parfois !

    " Comment savez-vous si la Terre n'est pas l'enfer d'une autre planète ? "

     

     


    15 commentaires
  •  

    Toujours à Blesle , mais avec les yeux de Sylvain : une (petite) incursion dans ses photos  pour voir ce qui m'avait échappé .

     

     

    Elles sont amusantes ces 2 boutiques , avec leurs enseignes à surprise ...

     

     

     

    2017

     

     

    2016

      

     

    Tentant ...!

     

     

     

    Pas incompatible avec le 'carpe diem "...!

     

     

     

     

     

     


    17 commentaires
  •  

    J'aime bien faire des escapades en Haute-Loire comme en témoigne la rubrique que je lui ai consacrée .

    Je n'étais jamais allée à Blesle en été ...

    En ce début de septembre , c'est très agréable de flâner dans les rues qui ont retrouvé tout leur calme . Les vieilles maisons arborent leurs treilles  chargées de raisins et leurs fleurs bien choyées ont résisté à la canicule . L'ambiance est juste un petit peu nostalgique , volets souvent clos ,  boutiques fermées , terrasse du petit café déserte . Mais le passé de ce village est encore si présent que le charme opère toujours .

    Je dédie cet article à Sylvie qui , elle aussi , a aimé cet endroit et vous a fait partager son coup de coeur .(voir ici )  .

     

     

    Un brin de nostalgie ...

     

     

    Un brin de nostalgie ...

     

     

    Un brin de nostalgie ...

     

     

    Un brin de nostalgie ...

     

     

    Un brin de nostalgie ...

     

     

    Un brin de nostalgie ...

     

     

    Un brin de nostalgie ...

     

     

    Un brin de nostalgie ...

     

     

    Un brin de nostalgie ...

     

     

    Un brin de nostalgie ...

     

     

    Un brin de nostalgie ...

     

     

    Un brin de nostalgie ...

     

     

    Un brin de nostalgie ...

     

     

    Un brin de nostalgie ...

     


    20 commentaires
  •  

    La basilique Saint-Julien de Brioude qui possèdait déjà 2 vitraux contemporains de Baron-Renouard  a depuis  de  2000 d'autres très beaux vitraux dus à l'artiste dominicain coréen Kim En Joong  , qui précise  avoir  veillé à ce que " chaque baie porte un signe qui lui est propre , liant à la fois l'historique de l'édifice, le respect des Ecritures et le respect de la tradition de l'Eglise " .

     

     

    Moment magique .

    Baron-Renouard 

     

    Moment magique .

    Kim En Joong .

     

    En fin d'après midi vient le moment magique où le soleil frappe ceux des  vitraux où se mêlent l'or et le rouge , et éparpille leurs reflets incandescents sur les arcs et les piliers ...

     

     

    Moment magique .

     

     

    Moment magique .

     

     

    Moment magique .

     

     

    Moment magique .

     

     

    Les vitraux plus anciens , à cette heure , restaient dans l'ombre . 

     

     

    Moment magique .

     

     

    Ce soir-là une très belle musique nous  parvenait de l'extérieur où des musiciens venus de La Chaise-Dieu  donnaient un petit concert.

    L'harmonie était parfaite .

    A l'extérieur , les vitraux à dominante bleue reflétaient le toit des maisons , dont les fenêtres elles aussi luisaient   au soleil ....

     

     

    Moment magique .

     

     

    Moment magique .

     

     

    Moment magique .

     

     

    Moment magique .

     

     

     

     

     

     


    16 commentaires
  • L'abbatiale de la Chaise - Dieu .

     

    Aujourd'hui ce sera un petit clin d'oeil à Albert  et Danielle et à leur bel article sur La Chaise-Dieu et son abbatiale  (ici ) , avec en écho quelques photos prises vers Noël , par un éclairage plus sévère mais en toute tranquillité

    Comme je ne suis qu'à une heure de route , je tenais à aller à La Chaise-Dieu en hiver pour  mieux ressentir quelque chose de l'austérité du lieu , car nous sommes loin maintenant du caractère sauvage de ces plateaux peuplés au Moyen-Age de forêts impénétrables  qui séduisit le fondateur de cette abbaye , Robert de Turlande .

    A cette altitude de 1000 m , le ressenti était humide et froid  ...et  je me suis concentrée sur l'abbatiale.

    L'ascension vers le porche se fait par une quarantaine de marches en éventail .

    On jette un coup d'oeil sur la droite à la maison que les moines , qui n'en voulaient pas parmi eux , avaient  désignée au cardinal de Rohan pour son séjour expiatoire après la scandaleuse affaire du collier de la Reine .

     

     

    L'abbatiale de la Chaise - Dieu .

     

     

    En  pénétrant dans l'abbatiale on ressent une impression de sérénité qui se dégage des volumes et d'une certaine qualité de lumière .Si on y reste quelque temps à lire les explications fournies , on voit changer la lumière ce qui peut donner des photos très différentes et souvent difficiles à faire .Mais à cette période , l'abbatiale est déserte et on est tranquille . Il n'y avait là qu'une famille dont le père braillait pour imiter un curé en train de prêcher , tandis que le fiston  faisait l'avion dans la nef ...

     

     

     

     

    Le buffet d'orgues et ses splendides cariatides (XVIIème siècle ) renforcent le projet  d'assister un jour au festival qui a lieu tous les étés en ces lieux .

     

     

     

     

     

     

    L'abbatiale a beaucoup souffert pendant les Guerres de Religion  quand une bande de huguenots qui s'était ruée sur elle , saccagea tout ce qu'elle trouvait à coup de haches faute de pouvoir venir à bout de la Tour Clémentine qui assurait la défense de l'abbaye ; même les tombeaux furent endommagés  -elle n'épargna même pas celui de Clément VI .La balustrade de marbre qui l'entourait et ainsi que les statues furent mises en pièces .

     

     

    L'abbatiale de la Chaise - Dieu .

     

     

    J'ai admiré les anges musiciens qui ornent la partie à peu près intacte du tombeau de l'abbé René de Montclar , du XIVème siècle .

     

     

     

     

    L'abbatiale de la Chaise - Dieu .

     

     

     

     

    Je me suis également attardée sur la diversité des sculptures  des stalles  .

     

     

    L'abbatiale de la Chaise - Dieu .

     

     

    L'abbatiale de la Chaise - Dieu .

     

    Mais je me suis surtout intéressée à  la célèbre danse macabre . Elle daterait de vers 1470 .C'est une fresque , l'article ayant travaillé à frais sur de la chaux et très vite pour que l'enduit pénètre bien et soit solide .

    Ce genre artistique s'inscrit dans les grandes calamités des XIVème et XVème siècles ( peste noire de 1348 , guerres , famines ,épidémies diverses ) .

    C'est là qu'Arthur Honegger a puisé a puisé l'inspiration de sa Danse des Morts en 1938 .

    En trois panneaux ( 1 : les puissants - pape , empereur , cardinal , connétable , roi , patriarche , connétable , abbé , chevalier- 2 : les bourgeois -bénédictine , bourgeois , chanoine , marchand , sergent , chartreux - 3: le peuple - amoureux , frère infirmier , ménestrel , laboureur , cistercien , enfant  ) l'artiste nous montre la mort qui n'épargne aucun des personnages de la société médiévale  invitant  chacun à lui emboîter le pas , avec plus ou moins de ménagements bien qu'aucun ne soit consentant à la suivre ans sa danse !

     

     

     

     Pape , empereur , cardinal ..

     

     

    Roi , patriarche , connétable .

     

     

    Sergent , chartreux 

     

     

    Ménestrel, théologien ,laboureur

     

     

    Bien que les fresques soient parfois assez effacées , personne ne peut rester insensible à une  représentation aussi insistante de cette horreur qu'est la mort . Mais si on veut garder l'âme joyeuse , on passe vite !

     

     

     

     

     


    14 commentaires
  •  

    Je vous avais déjà emmenés  longuement à Blesle à la saison du soleil ...( ici )

    Voici quelques images de cette petite ville en tombée de nuit , par ce temps exceptionnellement doux à huit jours de Noël ...

     

     

    A la tombée de la nuit .

     

     

    A la tombée de la nuit .

     

     

    A la tombée de la nuit .

     

     

    A la tombée de la nuit .

     

     

    A la tombée de la nuit .

     

     

    A la tombée de la nuit .

     

     

    A la tombée de la nuit .

     

     

    A la tombée de la nuit .

     

     

    Et , un peu plus loin , le château de Léotoing veille ...

     

     

    A la tombée de la nuit .

     

     

    Et tout là-haut , la lune toute nue frissonne ...

     

     

    A la tombée de la nuit .

     

     

     


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique