•  

     

    La belle indifférente .

     

     

    La belle indifférente .

     

     

    La belle indifférente .

     

     

    Je n'avais encore jamais trouvé de mante religieuse chez moi et ce fut une bonne surprise ...

    Elle se trouvait dans l'herbe sur ces aiguilles de pin qu'un écureuil avait  laissé tomber sur la pelouse : il a décidé de parfaire  la besogne largement entamée par les chenilles processionnaires et tous les matins je retrouve au sol les multiples traces de ses ravages .

    Pour regarder la mante de plus près , j'ai saisi le bout de branche : elle est restée imperturbable ...

     

     


    16 commentaires
  •  

    Cette année , les hibiscus étaient déserts ...

     

     

     

     

    Plus de bourdons gourmands ...

     

     

     

     

     

     

    Les jours fastes , à peine quelques fourmis...

     

     

     

     

    Mais septembre réservait tout de même une petite surprise...

    Sur quelques décimètres carrés , arrivées là Dieu sait comment , une quinzaine de punaises vertes juvéniles en pleine transformation ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    J'aurais souhaité plus de netteté pour ces photos , mais il y a toujours du vent et il me faut tenir les rameaux ... et ces punaises si jeunes soient-elles  ont l'instinct  de  se cacher sous les feuilles sitôt qu'elles se sentent approchées ,il faut donc faire vite !

     


    15 commentaires
  •  

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

     

    Cette série n'a pas toujours la netteté souhaitée . Ce printemps , ou il pleut  ou il y a du vent : il faut tenir le support de ces chenilles d'une main  et comme le sol détrempé est glaiseux , je me cramponne pour atteindre le végétal -hôte sans m'étaler - donc je tremble juste assez pour bien rater !

    Même si ces  photos ne me satisfont pas , je les conserve  car rien ne dit que ces espèces ne sont pas en train de disparaître .Cette année , en dehors  de quelques rares  piérides , tircis et argus , c'est jusqu'à présent le désert .

    Quant à identifier ces chenilles , je ne m'y risquerais pas , mais si quelqu'un les connaît , je suis preneuse de l'information !

     

     


    23 commentaires
  •  

    Si vous vous promenez en mai dans les friches et les chemins , vous avez sûrement remarqué dans les hautes herbes , sur les arbustes , même dans certains arbres , des amas mousseux d'un blanc éclatant  , et entendu  et vu  ou reçu , des gouttes tombeant  de ces végétaux .

     

     

    Emballage à bulles .

     

     

    C'est ce qu'on appelle communément des " crachats de coucou ".

    On ne prête qu'aux riches , cet oiseau n'ayant déjà pas bonne réputation ...

    Pourtant  il n'a bien sûr rien à voir avec ce phénomène  ,  simplement celui-ci  se produit à l'époque où  le chant du coucou se fait entendre .

    Ces "crachats " sont l'oeuvre de larves d'insectes , les cicadelles , petits  phytophages piqueurs -suceurs  .

    Il en existe plusieurs espèces .

     

     

    Emballage à bulles .

     

     

    Il doit s'agir ici s'agit ici de la cicadelle écumeuse qui mesure adulte , de 5 à 7 mm (philaenus spumarius) . Les Anglais l'appellent " froghopper " .En effet elle saute très bien ( hopper = sauterelle ) et sa tête rappelle celle de la grenouille ( frog) .

     

     

    Emballage à bulles .

     

     

    Emballage à bulles .

    Sur ce photos , la larve arrive sans doute à son  son état adulte .

     

     

    En cherchant , j'ai trouvé deux explications .

    1) La larve suce la sève des plantes et y propulse de l'air , ce qui forme un amas spumeux qui la protège des prédateurs .

    2) C'est dans ses excréments liquides qu'elle propulse d l'air .

    En tout cas , c'est très efficace  et ne peut que nous rappeler les emballages à bulles que nous utilisons pour protéger les objets fragiles !

     

     

     

     

     


    17 commentaires
  •  

    Hier,  au bord d'une petite route en bordure d'étang : inspection es ombellifères et les orties qui n'ont pas encore été fauchées à la recherche d'hypothétiques insectes .

    Pas un seul papillon , quelques taupins      

     

     

     

     Des  pisaures  (mirabilis ) 

     

     

     

     Quelques empis...

     

     

    C'était tout : rien d'emballant .

    Et soudain ceci .

     

     

    ??? 

     

     

     

     Cela ressemblait à un empis mais ...

     

     

    Au retour , recherche -

    Pas facile quand on n'a aucune piste ...

    Il devait effectivement s'agir d'un empis , mais atteint par un champignon , Enthomorpha muscae , qui s'attaque aussi aux mouches domestiques qu'il envahit  , les condamnant en quelques jours.

    Les corps contaminés  se couvrent d'un duvet cotonneux .Quand les spores entrent en contact avec le corps de l'hôte , elles  pénètrent à l'intérieur , émettant des filaments qui passent à travers les parties molles . Selon Wikipedia "après la mort de l'insecte , le responsable s'extériorise en élaborant un halo mycélien externe autour du cadavre , immobilisé , collé à une vitre par exemple .

     

    Bon dimanche ! 

     

     

     

     

     


    14 commentaires
  •  

    Cette année , il n'y avait presque pas d'insectes  dans mon jardin et comme j'avais du mal à me résigner à  cette désertification imméritée - je n'emploie aucun produit de traitement ni engrais chimiques -j'ai beaucoup scruté feuilles et fleurs à la recherche de l'oiseau rare .

    On est étonné quand on  constate que sur toute la longueur d'une haie   trois malheureuses feuilles  sont arpentées par des bestioles surgies d'on  je ne sait où , longues  de quelques millimètres  et qui sont assez futées pour tourner systématiquement autour de la tige ou se cacher sur la face inférieure dès qu'elles  se sentent observées .

    Recherche faite , c'était une variété de blattes ( ectobius? ) . Vu leur mauvaise réputation , je les aurais crues laides pour nous humains , or elles sont simplement étranges . Elles étaient là , début juin ,  à prendre le soleil un partie de la matinée  , et à plusieurs stades de leur développement je suppose .Au bout de quelques jours , quelques individus encore plus petits ont fait leur apparition : même espèce ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     

    Une minuscule mouche beige aux yeux rouges , très lente , leur tenait toujours fidèlement compagnie (impossible à photographier pour moi ,  elle n'accrochait ps la lumière  )

     

     

     

     

    A l'autre bout du jardin , dans la partie la moins civilisée , j'avais aperçu en mai un insecte aussi petit (6 mm) mais encore plus bizarre , en compagnie d'un juvénile .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Cigale bossue ( issus coleoptratus ) ?

     

     


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique