•  

    Le bouleau de mon jardin abrite plusieurs espèces de punaises dont l'elasmucha grisea ou punaise grise .

    C'est une punaise assez petite ( 6 à 9 mm de long )  qui apparaît sous 2 colorations différents , soit  grise , soit  brun rougeâtre .

    C'est la brun rougeâtre que j'ai pu observer .

    Le dessus est recouvert de nombreux petits points noirs . Le scutellum porte une marque sombre et sa pointe est plus claire .Les antennes sont claires à la base et noires vers l'extrémité . Les pattes sont verdâtres .

    La femelle a la particularité d'être une mère très attentionnée : elle protège ses oeufs avec son corps jusqu'à l'éclosion des larves et bat des ailes pour écarter le danger. Par la suite , elle continue à protéger le jeunes larves jusqu'à la première mue .

     

     

    Punaise grise .

     

     

    Punaise grise .

     

     

    Punaise grise .

     

     

    Punaise grise .

     


    9 commentaires
  •  

     

    J'essaie de dresser un petit inventaire  -dans la modeste mesure de mes moyens  - des espèces rencontrées dans les herbes et les broussailles . Au train où vont les choses , seront-elles encore présentes l'an prochain ?

    Aujourd'hui , ce sera le tour de la lepture tachetée , dite aussi strangalia maculata  que l'on rencontre de mai à août dans les clairières et les prairies.

     

     

    Lepture tachetée .

     

     

     

    C'est un coléoptère longicorne , allongé , de 14 à 20 mm de long. . Sa tête et son corselet sont noirs et ses élytres sont jaunes et plus ou moins marquées de taches noires . Ces marques sont variables (taches ou bandes)

     

     

    Lepture tachetée .

     

     

    La base des articles des antennes , presque aussi longues que le corps , est jaune.

     

     

    Lepture tachetée .

     

     

    Les adultes vivent de 15 jours à 1 mois . 

    Ils se nourrissent de pollen et de nectar , sur les ombellifères , le sureau , les ronces  et en général iks ont une préférence pour les fleurs blanches .

     

     

    Lepture tachetée .

    L'adulte pond ses oeufs dans les fissures de l'écorce du bois mort. Les larves sont polyphages mais se développent surtout sur le bois mort d'arbres à feuilles caduques 

     

     

    Ici en compagnie de la trichie :

     

     

    Lepture tachetée .


    10 commentaires
  •  

    Dans mon environnement , les insectes se sont raréfiés cette année . Leur nombre a considérablement diminué ainsi que leur diversité .

    Certains pourtant , parmi les petits et les sans grade , continuent modestement à fréquenter les humbles fleurs sauvages .

    Ainsi , ceux qui appartiennent au genre oedemera : petits coléoptères au corps mou , de 8 à 10 mm de long , aux couleurs métalliques , à la tête allongée en forme de museau . Les mâles ont les fémurs postérieurs renflés  - d'où leur nom qui vient du grec oidêma signifiant grosseur  . Les élytres sont divergentes à leur extrêmité et dévoilent le bout des ailes . Ils ont de longues antennes filiformes .

    Il y en a plusieurs variétés ; j'ai tenté d'identifier ceux que je rencontre dans les prairies et en lisière de forêt et les spécialistes me pardonneront si j'ai commis quelques erreurs que je m'empresserai de rectifier s'ils me les signalent .

     

    Oedemera nobilis mâle

     

    Oedemera.

     

     

    Oedemera.

     

     

     

    Oedemera.

     

     

    Oedemera podagrariae  ( ou oedémère ochracé ) mâle

     

     

    Oedemera.

     

     

    Oedemera.

      

     

    Oedemera nobilis mâle et oedemera podagrariae femelle

     

     

    Oedemera.

     

      

    Oedemera virescens mâle

     

     

    Oedemera.

     

     

    Oedemera virescens femelle .  

     

     

    Oedemera.

     

     

     


    14 commentaires
  • Même le marcheur le plus perdu dans ses pensées est obligé de voir lorsqu'il se promène en été au voisinage d'étangs ou de rivières ces petits coléoptères de la famille des scarabéidés , d'un bleu  éclatant , véritables petits bijoux de l'herbe.

    Le mâle est bleu métallique et la femelle brun grisâtre ; je dois avouer que j'ai vu beaucoup de mâles mais pas de femelles : plus discrètes , elles doivent avoir échappé à mon regard . Mais je ne désespère pas . Hier , lorsque j'ai pris ces photos , il y avait un vent qui ne plaisait peut-être pas à  ces dames .

    Pour attirer les femelles , les mâles grimpent au sommet des herbes et restent là immobiles , pattes arrières tendues , dans de curieuses postures de gymnastes et émettent des phéromones .

     

     

    L'hoplie bleue .

     

     

    L'hoplie bleue .

     

     

    L'hoplie bleue .

     

     

    L'hoplie bleue .

     

     

    L'hoplie bleue .


    16 commentaires
  •  

    Les bords des chemins sur lesquels nous nous promenons abritent dans  leur végétation tout un petit peuple d'insectes dont certains sont de rudes prédateurs.

    Comme cette punaise au corps rouge et noir qu'il m'arrive de rencontrer en scrutant les broussailles au soleil et les quelques fleurs sauvages qui poussent encore là.

    Celle-ci était particulièrement  véloce.

    C'est une réduve et je suppose qu'il s'agit d'un rhinocoris erythropus à cause de la coloration noire de l'extrêmité du rostre (1er article) et non de sa cousine la réduve irascible qui a l'extrêmité du rostre rouge.

    On la rencontre de mai à juillet . Elle guette ses proies sur les fleurs et les broussailles , mine de rien ; elle les pique avec son rostre  leur in pour ensuite aspirer leur chair et leur sang ...

    Si la réduve se sent menacée , elle pique et sa piqûre est douloureuse .

    Elle peut striduler en frottant la pointe de son rostre contre un sillon sous sa tête.

     

     

    Réduve.

     

     

    Réduve.


    13 commentaires