• L'animal musicien dans l'art roman .

     Ce thème de l'animal  musicien  figure à trois reprises dans les églises romanes d'Auvergne .

     

     

    Eglise St Austremoine ,  St-Nectaire ( 63)

     

    Eglise de Meillers (03)

     

    Basilique St Julien .Brioude ( 43 )

     

    Au Moyen-Age la décoration des édifices religieux était tout entière sous l'emprise  du clergé .

    Après avoir en un premier temps condamné les images , l'Eglise avait compris leur rôle didactique à une époque où une grande partie de la population ne savait pas lire :il s'agissait donc , pour les clercs  hantés par le problème du mal et du salut de faire passer le message  de la manière  la plus percutante possible et  lorsqu'il s'agissait de chapiteaux , dans un format restreint .

    Selon la plupart des spécialistes de l'art roman , ce thème , sous la forme d'un âne musicien aurait été emprunté au fabuliste Phèdre (né en 14 avant JC ) :

    "Un âne vit une lyre dans un pré ; il s'approcha et , de son sabot il essaya les cordes qui résonnèrent au contact. Par Hercule , dit-il , voilà un bel objet , bien mal tombé car j'ignore cet art .Si quelqu'un d'autre plus instruit l'eût trouvé , il charmerait nos oreilles par des chants divins et c'est ainsi qu'un mauvais sort empêche un talent de se produire .

    C'était , de la part de l'âne , faire preuve d'une louable humilité !

    Mais par la suite , Boëce , philosophe latin du Vème siècle , dans ses Consolations Philosophiques , a infléchi ce sens et a fait de l'âne un imbécile vaniteux : "Entends-tu les paroles ou es-tu comme l'âne devant la lyre ?"

    Et c'est  cette interprétation qu'ont reprise ceux qui commentent le symbolisme des  chapiteaux . L'âne symbolise l'homme charnel qui ne  comprend pas  ce qui vient de l'esprit de Dieu .

    A noter qu'à Brioude , ce n'est plus un âne qui joue d'un instrument mais deux moutons .

     

    Je trouve étonnant  que la référence à Boèce soit supposée venir spontanément à l'esprit de tous à cette époque où la culture était réservée à une élite .  En outre  dans la Bible l'âne est un animal doux et humble .C'est une ânesse que le Christ chevauche pour son arrivée à Jérusalem le jour des Rameaux L'ânesse de Balaam est le seul animal de la Bible auquel Dieu donne la parole .

    Et dans les représentations de la nativité , l'âne est bien présent !

     

    Billom (63 )  Collégiale St Cerneuf .

     

     

    Eglise d'Auzon (43)

     

     

    L'animal musicien  dans l'art roman .

    Gannat (03 ) Eglise Ste Croix .

     

     

    Eglise de Colamine (63)

     

    De même , le mouton , comme l'agneau est un symbole d'humilité , comme on le voit notamment avec le thème très souvent représenté , du porteur de mouton  qui s'agenouille .

     

     

     

     

    Dans son guide "Symboles sculptés des églises romanes ", Gérald Gambier avance une autre explication : "Quand on a compris le caractère animal du péché et celui de la prière qu'est la musique, la déduction logique est qu'un animal musicien symbolise une âme qui a conscience de sa faute et veut s'élever par la prière pour se convertir. L'âne représente ainsi la vertu d'humilité en adéquation avec son symbole chrétien ".

    Que choisir entre les deux interprétations  ?

    Je dédie cet article à Yann qui , comme moi , aime bien chercher ! (yannn.eklablog.com )

    « Les amours .Les vrais . »

  • Commentaires

    1
    Lundi 22 Juin à 15:07

    Bonjour Sophie

    Je ne connaissais pas cette anecdote cléricale.

    Je laisse à Yann le soin de peut-être nous éclairer par le résultat de ses recherches.

    Bonne journée.

    Amitié, Michel

    2
    Lundi 22 Juin à 17:09

    Merci pour ces merveilleux clichés Sophie et cette histoire que je ne connaissais pas ,

    Yann sera vraiment heureux de découvrir tes recherches et comme rien ne l'arrête, il va 

    nous trouver un sujet adéquat .

    Je prends bonne note de ta news, très intéressante, 

    Bonne fin de journée estivale Sophie,

    Bises amicales 

    Christiane

    3
    Lundi 22 Juin à 17:31

    Magnifique et intéressant petit reportage sur les animaux musiciens dans l'art roman que j'affectionne particulièrement.

    Bonne fin de journée Sophie.

    4
    Lundi 22 Juin à 17:31

    Un beau reportage très instructif...

    Yannn va sûrement apprécier ce billet !

    Bonne soirée gros bisous

    5
    Lundi 22 Juin à 19:22
    Une fleur de Paris

    Bonsoir Sophie,

    Article vraiment instructif, une découverte pour moi. Passe une bonne soirée, bises, Véronique

    6
    jm:rober
    Lundi 22 Juin à 22:26

    Bonsoir Sophie

    Voilà un très joli reportage sur ses différentes représentations divines .

    Dont celle de Brioude qui est le porteur de moutons  

    Merci du partage

    bonne soirée

    Amitiés

    7
    Mardi 23 Juin à 08:23

    Bonjour Sophie
    ... la grande "chercheuse" (sourire
    C'est vrai que l'on peut parfois passer des heures à rechercher des informations sur les sujets photographiques que l'on montre ; par plaisir, par envie puis surtout pour donner des explications aux personnes qui viennent visiter le site et qui les lisent (en principe). 
    Intéressant ta recherche sur l’âne musicien dans l'art roman
    Ce qui serait intéressant (peut être le ferais je),c'est de savoir ce que représenteraient les animaux ne général dans l'art religieux

      • Mardi 23 Juin à 10:39

        Oui , ce qui m'intéresse c'est le Moyen Age et le dépaysement dans le temps qu'il procure .. Le bestiaire est très intéressant et  les symboles sont interprétés ne manière parfois différente , ce qui intrigue .

    8
    Mardi 23 Juin à 09:36

    Assez surprenants ces animaux....

    Bon mardi par chez toi, Sophie

    9
    Mardi 23 Juin à 09:59
    Bonjour Sophie ah oui on a beaucoup aimes tous ces personnages et sculptures , merci pour tes belles photos qui me le rappellent ,et pour les infos gros bisous belle semaine à++
    10
    Mardi 23 Juin à 11:30

    Âne, mouton sur le dos d'un paysan, symboles d'humilité, il faut que je retienne.

    Âne de Jérusalem, de la fête des rameaux, et de la fuite en Egypte, les sculpteurs y ont été fidèles. J'oubliais l'âne de la crèche.

    Et c'est pourquoi la version du fabuliste Phèdre de moins quatorze, me plait bien.

    Bravo d'avoir su voir tous ces détails dans nos églises, sur le haut des piliers ou autres.

    Je me souviens d'une prière à l'âne, à Issoire, je crois, si, je viens de vérifier.

    Et bien m'en a pris d'aller lire ton billet jusqu'au bout, si, je m'y suis croisé, merci à toi.

    Et pour toi, chez moi, quelle belle histoire ton Grand Père photographe des montagnes.

    Il aurait pu me dire si la photo du Cervin avec le feu du soleil couchant était bien  réelle ou bien un montage, joli, mais montage quand même!

    La découpe des sommets sur fond de ciel a l'air trop chirurgicale.

    je te souhaite une bonne semaine. Et bravo encore pour ton sens de l'observation. Tu m'avais déjà fait vibrer avec les Anges musiciens, depuis, je regarde. Il y en avait dans la chapelle de la Vierge à la cathédrale au Mans, mais si sombres au plafond.

    Amicalement. Yann

    11
    Mardi 23 Juin à 13:12

    Bonjour Sophie une reportage de toute beauté et bien intéressant cet article et des magnifiques photos j'apprécie beaucoup ce joli partage bonne journée bisou Claudine Daniel

    12
    Mardi 23 Juin à 13:24

    Oh que oui nous avons de belles églises par chez nous 

    Bravissimo pour ces belles photos qui les honorent 

    Je suis en retard de lecture

    Pas de NL  en vue 

    Je pensais que tu étais en pause 

     

    13
    Mardi 23 Juin à 14:59

    Bonjour Sophie,

    je t'imagine la tête levée à regarder et photographier tout ce petit monde.

    Un reportage ludique et instructif.

    Toutes ces interprétations sont intéressantes à connaître.

    Merci à toi. Une belle fin de journée

    14
    Mardi 23 Juin à 15:01

    Bonjour  Sophie, 

     Merci pour cet agréable bestiaire. Mais comme toi, je m'interroge sur la façon dont les braves gens pouvaient ressentir devant ces représentions. Déjà  nous même nous nous posons des questions, cherchons des explications sans parfois trouver de réponse. Alors je me mets à la place de ces fidèles qui n'avaient sans doute pas le secours d'un docteur es sculpture ou d'un théologien versé dans l'art religieux.

     Reportage  passionnant. Merci.

     Bises

    15
    Mercredi 24 Juin à 15:26

    Un thème qui me parle, j'avais consacré mon mémoire de maîtrise aux représentations de la musique dans l'art roman... mais c'est loin. Ce thème de l'animal musicien est présent un peu partout dans l'art roman. Il semble que l'animal, là, est représenté en opposition à l'homme, et symbolisait à la fois la folie de vouloir se comparer à lui. L'âne, c'est à la fois l'humilité et la bêtise. Mais il ne faut pas être trop tranchant, car la vision de l'animal au Moyen Age n'était pas la notre. L'animal était familier, et pour certains, presque un frère, pas loin de lui accorder une âme (les procès d'animaux). Il y a donc sans doute la tendresse pour un compagnon de tous les jours. Si je trouve d'autres pistes, je reviendrai... Merci pour cet article et ces beaux exemples.

      • Mercredi 24 Juin à 15:50

        J'espère bien , de tels échanges , c'est ce que j'aime !

    16
    Corinne
    Vendredi 26 Juin à 22:39
    Bonjour Sophie,
    Pourriez-vous me dire dans quelle église se trouve ce chapiteau du porteur de mouton agenouillé ?
    Merci !
      • Dimanche 28 Juin à 20:24

        Ce chapiteau se situe dans l'égise du prieuré de Chanteuges , en Haute-Loire .

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :