• Le tableau du samedi .6

    Le tableau du samedi .

    En souvenir de Lady Marianne . 

     

    Le thème de ce samedi : hommage au  cheval .

      En protestation contre les actes de cruauté commis actuellement sur les chevaux  : l'Art contre la barbarie .

    Le choix  était difficile : la représentation du cheval   est si abondante et si variée   en peinture !

    Les grottes de Lascaux en présentent déjà sur leurs parois ...

    Depuis sa domestication , le cheval  "la plus belle conquête de l'homme "a été utilisé  dans de multiples domaines et  pour des tâches souvent  terriblement rudes :chevaux de labour , de trait , de selle , de bataille , de course ... Et il  y a parmi eux  les chevaux de légende : ceux qui tirent le char des dieux : celui  du Soleil , celui de la Lune , celui  des Enfers , Pégase , Bucéphale . Ceux de l'Apocalypse .Ceux de l'Histoire comme Marengo , le cheval de Napoléon , ou ceux de la littérature  comme Rossinante ...

    Les  peintres au cours de siècles ont  représenté tout cela , et plus encore : chevaux au pré , chevaux effrayés  par l'orage , s'affrontant , attaqués par des bêtes féroces ...

    J'ai choisi un tableau qui à mes yeux montre somptueusement l'impétuosité et la beauté  de cet animal . .

     

     

    Le tableau du samedi .

    Les chevaux de Neptune  , de Walter Crane .

    Huile sur toile ,86x215 cm.

    Neue Pinakothek , Munich .

     

    La force en mouvement des vagues et celle des chevaux se confondent dans un même fracas et un même ruissellement de lumière .

    Neptune ne se vantait-il pas d'avoir créé le cheval en frappant  la mer du bout de son trident ?

    Walter Crane (1845-1915) est un peintre anglais Il s'est d'abord formé auprès de son père le miniaturiste Thomas Crane et  du graveur W. J. Linton .Il compte parmi les illustrateurs les plus influents de son époque .

    Il a d'abord illustré des poésies et des contes pour enfants , puis des ouvrages pour adultes  et dans  cette activité  son imagination et la fraîcheur de  ses coloris faisaient merveille .

    Son oeuvre peinte s'attache tout d'abord à l'illustration de la littérature et de la mythologie . Par la suite il mettra son art au service des idées socialistes et " cherchera  à promouvoir, avec William Morris et ses suiveurs, un modèle de vie artistique qui soit l'expression des idéaux socialistes: absence de division et de hiérarchie des arts, travail d'atelier mené dans une fraternité libérée des antagonismes de classe, production artisanale éloignée de la logique de rentabilité et de croissance qui est celle de l'industrie."( citation Wikipedia )

     

    « Aulteribe en septembre .Dans les prés .1 »

  • Commentaires

    1
    Samedi 19 Septembre à 14:08

    Ce tableau 

    C'est la puissance 

    C'est la beauté  qui flirte avec l'extrême sensibilité de l'artiste 

    C'est la liberté 

    J'aime beaucoup 

    Bonne journée Sophie

    2
    Samedi 19 Septembre à 16:59

    J'adore ce gros rouleau.
    Puissance et beauté.
    Un tableau très original.
    Une bise

    3
    Gong
    Samedi 19 Septembre à 17:05

    Bonne idée qui croise la chronique de François Morel ce vendredi sur France Inter

    https://www.franceinter.fr/emissions/le-billet-de-francois-morel/le-billet-de-francois-morel-18-septembre-2020   (clic)

      • Samedi 19 Septembre à 17:22

        Merci de m'avoir signalé cette belle chronique de François Morel : je l'ai cherchée parce que lien ne fonctionne pas et cela en valait vraiment la peine .Il exprime de manière vibrante ce que pensent tous ceux qui auront participé  à ce thème ou seront venus voir les tableaux choisis .

    4
    Samedi 19 Septembre à 17:08
    Tableau magnifique
    On devine la puissance des chevaux ,il me semble les entendre hors du tableau
    Bonne fin de journee sophie
    5
    Samedi 19 Septembre à 17:36

    Somptueux chevaux !

    Quel choix excellent de tableau pour rendre hommage aux chevaux.

    Bizzz Sophie

    6
    Samedi 19 Septembre à 18:40

    Toute la puissance du cheval dans cette folle cavalcade où la crinière des chevaux se confond avec l'écume.

    Merci pour la belle chronique de François Morel.

    https://www.franceinter.fr/emissions/le-billet-de-francois-morel/le-billet-de-francois-morel-18-septembre-2020

    7
    Samedi 19 Septembre à 22:08
    Une fleur de Paris

    Bonsoir Sophie,

    Magnifique cette "vague" ... Ces chevaux représente la force, le mouvement, j'adore ... Bonne soirée, bises, Véronique

    8
    Dimanche 20 Septembre à 00:13

    Coucou Sophie,

    ces somptueux chevaux qui jaillissent de la vague et l'accompagnent tout du long, cautionnent le mouvement, la force et l'intensité de l'ensemble, cela me ravit car je ne connaissais pas ce tableau.

    Merci de ce beau spectacle que tu nous offres, bon dimanche et bisous.

    Sylvie.

     

    PS: tu peux revenir sur le mot que tu m'as mis car en parlant des bêtes qui bouffent tes réserves, Sabine t'as mis un mot pour te donner des infos.

    9
    Dimanche 20 Septembre à 03:52

    Chevaux et vagues, une merveille en résonance!

    Un voyage esthétique qui nous étreint, nous happe vers la magie des éléments

    Excellent choix, c'est magnifique!

    Amitiés chaleureuses et doux week-end

    Cendrine

    10
    Dimanche 20 Septembre à 09:58

    Magnifique tableau avec les chevaux.

    Pas une goutte d'eau chez nous, et une tempête de vent et de pluie  est passée au-dessus de la maison en Espagne

    Un record de pluie m'a dit mon fils, mais il n'a pas constaté de dégâts ni chez lui, ni chez nous.

    Pas moyen d'ouvrir Eklablog hier  : maintenance exceptionnelle, disaient-ils...

     

    Déjà l'automne demain !

    Bonne journée Sophie

    11
    Dimanche 20 Septembre à 16:36

    Bonjour Sophie.

     Remarquable tableau où la force des vagues s'exprime totalement, sans retenue.

     Bises 

    12
    Mardi 22 Septembre à 19:25

    Très belle vague ! C'est impressionnant !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :