•  

    L'autre jour , en regardant les colverts  se ruer en se battant sur les croûtons de pain qui leur étaient lancés en rafales, une  question m'est revenue à l'esprit : pourquoi appelle-t-on péjorativement  "canard" un journal ? Je crois que j'ai trouvé !

    Ils sont bien différents , ces canards , quand on les laisse tranquilles et qu'ils mènent à leur guise la vie pour laquelle la nature les a conçus !

    Le dégel avait  gagné du terrain sur les lacs .

     

     

     

    Les colverts  tout pimpants   exploraient avec délice les eaux libres .

     A la zone verte d'Aydat , il n'y avait  que quelques couples isolés qui fouillaient avec un plaisir évident la couche épaisse d'écume amoncelée par endroits sur les eaux .

     

     

     

     

    Plus proche du lac , on se contait fleurette : Monsieur et Madame face à face quelques instants entamaient l'un et l'autre une gymnastique du cou , prometteusement symétrique et hop ! Sans plus de façons ...carré blanc !

     

     

     

    Après , chacun apparemment fier et satisfait , s'ébrouait ...

     

     

     

     

    Au lac Chambon , l'ambiance était différente .

    Il restait encore beaucoup de glace et  la petite société des colverts se répartissait en plusieurs groupes .

    Ceux -les plus nombreux - qui barbotaient goulûment dans les eaux boueuses avec de petites exclamations de plaisir .

     

     

     

     

    Ceux qui prenaient un bain de soleil sur la glace .

     

     

    Ceux qui faisaient du patin en couple...

     

     

    Et ceux qui , avertis Dieu sait comment d'une urgence subite , s'envolaient , solitaires , dans un grand éclat de voix vers la rive d'en face ...

     

     

     

    Le jour déclinait , tout était serein ...

     

     

     

     

     

     

     


    36 commentaires
  •  

    Marre des polémiques gonflées , des haines et des petites phrases assassines dont on nous gave ,  de la culture intéressée de l'angoisse - de la maladie de la vieillesse et des catastrophes en tout genre , marre  des sketchs et des pubs où l'idolâtrie de soi et l'agressivité  pétaradent   , marre des polars sanglants qu'on nous distribue tous les jours pour , dit-on , notre plus grand plaisir , marre de tous ceux qui confondent hargne de roquet enragé et énergie , humour  et méchanceté pure , intelligence et suspicion systématique , marre du vocabulaire obligatoire puisqu'il faut   radoter , pour exister ,  qu'on va tout péter , tout déchirer et surtout s'éclater à le faire , marre des chanteurs sélectionnés à grands frais et à grands coups de trompette  pour hurler  , marre de toutes ces formes de violence devenues une espèce de drogue ...

    Et j'envie ces oiseaux que je vois par la fenêtre ...                

     

     

    Un peu de douceur !

     

     

     

    Un peu de douceur !

     

     

     

    Un peu de douceur !

     

     

     

    Un peu de douceur !

     

     

     

    Un peu de douceur !


    29 commentaires
  • En été les colverts effectuent leur mue et les mâles prennent leur plumage d' " éclipse ".

      

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pendant cette période  ,  leurs rémiges tombent et  ils ne peuvent plus voler . Ils font profil bas ...Ils ressemblent alors aux femelles et cette tenue a l'avantage de leur permettre de  se confondre avec leur environnement .

     

    Les femelles , elles , restent pimpantes !

     

     

     

     

     

     

    Celle-ci revenait  satisfaite d'un petit gueuleton de croûtons (hélas !) ...

     

     

     

     

    Au bout de quelques semaines de disgrâce , les mâles retrouveront leurs belles couleurs et toute leur superbe !

     

     

     

     

     


    28 commentaires
  •  

    J'ai réalisé que je n'avais jamais fait de sauvegarde de mes photos et je m'y suis attelée , non que j'en sois très satisfaite mais beaucoup témoignent d'espèces que je ne vois plus depuis quelque temps..C'est ce qui m'a décidée  . Il a fallu que je trie  - que je jette  aussi - , que j'identifie plus correctement les rescapées , du moins que j'essaie ..Gros problèmes pour certaines plantes et pour beaucoup d'insectes ...les odonates , les punaises et les syrphes , les papillons bleus ,  quel casse-tête !

    Bref , j'étais plongée là-dedans , plus un cheveu ne dépassait ! Absente des blogs et tout et tout !

    J'ai tout de même été attirée dehors hier par un raffut extraordinaire : une bande d'étourneaux avait choisi le plus haut des  conifères du jardin pour y tenir un congrès , et les participants avaient des choses à dire  et une pêche extraordinaire !!

     

     

     

     

     


    25 commentaires
  •  

    Je vous avais montré il y a quelque temps les très mauvaises relations entre deux cygnes noirs  ( des femelles m'a-t-on dit ) et un cygne blanc nouvellement introduit sur un étang .

    Un bon mois plus tard , les choses ne se sont pas arrangées .

    Les cygnes noirs ne se quittent pas d'une palme ...

     

     

    Solitude subie .

     

     

    Solitude subie .

     

     

    Solitude subie .

     

     

    Seul l'un des deux a l'humeur belliqueuse , l'autre est parfaitement indifférent à l'intrus , ce qui devrait apaiser la jalousie !

    Alors le pauvre cygne blanc  fait ce qu'il peut pour échapper aux attaques.

     

     

    Solitude subie .

     

    Il s'isole et mène sa petite vie  solitaire comme il le peut ...

     

     

    Solitude subie .

     

     

    Solitude subie .

     

     

    Solitude subie .

     

     

    Solitude subie .

     

     

    Solitude subie .

     

     

    Solitude subie .

     

     

    Solitude subie .

     

     

    Solitude subie .

     

     

     

     

     


    26 commentaires
  •  

    Le Héron

     

     

    Après quelque moment, l'appétit vint ;l'oiseau

    S'approchant du bord vit sur l'eau

    Des Tanches qui sortaient du fond de ces demeures .

     

     

     

     

    Le mets ne lui plut pas , il s'attendait à mieux 

    Et montrait un goût dédaigneux

    Comme le Rat du bon Horace .

    Moi des Tanches , dit-il ,moi Héron , que je fasse

    Une si pauvre chère ? et pour qui me prend-on ?

     

     

     

     

    La Tanche rebutée , il trouva du Goujon.

    Du goujon c'est bien là le dîner d'un Héron !

    J'ouvrirais pour si peu le bec , aux Dieux ne plaise !

     

     

     

     

    Il l'ouvrit pour bien moins : tout alla de façon

    Qu'il ne vit plus aucun Poisson .

     

     

     

     

    La faim le prit , il fut tout heureux et tout aise

    De rencontrer un limaçon .

     

     

     

     

     

    Le Héron

     

     

    Vous l'avez tous reconnue cette  fable de Jean de la Fontaine ...

     

    Circonstances atténuantes  :   ce héron était  bien  loin pour mon 300 mm et la perspective est le plus souvent encombrée par les herbes très hautes à cette époque de l'année !


    33 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique