•  

    La famille seigneuriale des Mercoeur était une branche de la famille des Comtes d'Auvergne .

    Au IXème siècle , ils firent édifier leur château à la frontière du Lembron et du Cézallier ,à 5km à l'ouest  d'Ardes sur Couze (63) dont on voit encore un vestige (Le Doigt de Mercoeur ) Après la guerre de Cent Ans , leur château ayant été détruit , les seigneurs de Mercoeur s'installèrent au château d'Ardes qui fut comme tant d'autres démoli en 1633 sur  ordre de Richelieu

    Cette famille  compta parmi ses membres Odilon de Mercoeur , le principal organisateur de l'empire religieux de Cluny .

    Entre 1162 et 1171 , Etienne de Mercoeur , dont le père était mort en Italie au monastère italien  de St-Laurent d'Oulx, entreprit de lui édifier une chapelle Il choisit un site étroit et sauvage à 2 km d'Ardes , près d'une source , au bord de la Couze , qui se nomme aujourd'hui  " La Rivière l'Evêque ", Etienne étant évêque de Clermont .

    Le moines italiens  révéraient St Jean l'Evangéliste et les Mercoeur Ste Madeleine ...Il fut donc décidé de construire l'édifice avec deux chapelles  superposées , pour s'adapter au site .

    C'est ce qui reste de cet édifice qui excite la curiosité lorsqu'on l'aperçoit en se dirigeant vers Ardes-sur-Couze. De loin , j'avais cru à tort à un édifice templier .

     

     

    Aujourd'hui, le bâtiment , assez défiguré , est à vocation agricole Il abrite pourtant des peintures murales et autres vestiges de sa vocation première .

     

     

     


    24 commentaires
  •  

     

    A la jonction des communes de Riom et de Saint-Beauzire (63), près d'une ferme ,  se dresse une croix de taille modeste ( 170 cm ) , Elle intrigue  mais  il faut s'approcher pour le remarquer car les mousses et les lichens  incrustés sur la pierre  font concurrence au dessin .

     

     

    Sur le croisillon , on voit trois mains 

     

     

    Et sur le dé , les mains encore et un M à l'intérieur d'un G.

     

     

    Renseignements pris , ce serait le monogramme de Gabriel Malet de Vendègre , dont ces trois mains constituaient le blason .Ce blason montrait trois mains d'argent (droit de haute , moyenne et basse justice ) Cette famille anoblie au XVIème siècle avait plusieurs possessions en Limagne .

     

     

    Le livre de Jacques Beaudoin  "Les croix du Massif Central "   classe cette croix parmi les croix de bornage et plus particulièrement parmi les croix de justice, correspondant aux confins des juridictions .

    Il y a , près de l'église de Saint-Beauzire ,une croix plus traditionnelle  mais qui charme par son côté naïf : petit Christ aux cheveux nattés

     

     

    Et Vierge orante 

     

     

    Autre exemple de croix de bornage : une croix de sauveté : "Le territoire entourant un monastère nouvellement fondé était délimité par une ceinture de croix à l'intérieur de laquelle on proclamait le droit d'asile .En voici une à La Sauvetat (63) qui date du XIII ème siècle .

     

     


    22 commentaires
  •  

     

    Un long passé viticole .

     

    L'existence d'un vignoble auvergnat et de la production de vin datent de la période gallo- romaine comme l'attestent les passionnantes fouilles effectuées sur l'oppidum de Corent (18km au sud de Clermont-Ferrand ) , qui était probablement la capitale des Arvernes .

     

    Un long passé viticole .

     

    On y a trouvé en quantité des amphores vinaires , des cruches , des gobelets et aussi  les vestiges d'une échoppe de marchand de vin , des caves etc....

    Le vignoble auvergnat a prospéré au cours des siècles , et avec lui tout le négoce qui en découlait .

    I l s'étendait en gros de Riom au  Nord à Issoire au sud , entre la Chaîne des Puys et la rivière Allier .Il couvrait 34000 ha après la Révolution .Au 19ème siècle , il était de 28000 ha .

     

    Un long passé viticole .

     

    Mais la catastrophe que fut le phylloxera àn la fin du 19ème siècle , et au fil des ans  l'exode rural et l'urbanisation l'ont considérablement réduit et vers les années 2000  il ne couvrait plus que 1000 ha , une grande partie exploitée par des vignerons professionnels et le reste en exploitation familiale .

    Les vins que l'on regroupe sous l'appellation "Côtes d'Auvergne " ne vous sont sans doute pas inconnus : Madrargue , Châteaugay, Chanturgue , Corent , Boudes .

     

    Un long passé viticole .

    Vignes à Boudes .

     

     

    Un long passé viticole .

    Vignes à Corent .

     

    Dans tous les villages de la région , même si les vignes ont parfois totalement disparu , subsistent les vestiges pittoresques  de ce passé .

    Les typiques "maisons vigneronnes " qui se serrent les unes contre les autres dans des rues  parfois étroites et escarpées : le rez-de-chaussée est tout entier réservé au travail de vigneron et on accède à l'habitation par un escalier extérieur .

     

     

    Un long passé viticole .

     

     

    Un long passé viticole .

     

    Chaque église avait son Saint-Verny (1271-1287), patron des vignerons de Limagne , dont le culte venu de Rhénanie (Werner) s'est solidement implanté au 17ème siècle .

     

    Un long passé viticole .

     

    Un long passé viticole .

     

    Un long passé viticole .

     

     

    Un long passé viticole .

     

     

    Un long passé viticole .

     

    Il était très sollicité par tous ces travailleurs de la vigne pour qui elle était tout leur gagne-pain et sa statue pouvait même subir des représailles en cas de mauvaise récolte ( quarantaine , petit plongeon dans l'Allier , chapeau arraché , mise au piquet dos tourné aux fidèles ... ) - et cela s'ajoutant aux caprices toujours redoutés de Dame Nature  , on comprend  son expression souvent préoccupée .

     

    Un long passé viticole .

     

    Il fallait aussi avoir l'oeil sur ceux qui chapardaient le raisin...

     

    Un long passé viticole .

     

    L'alambic fait encore son apparition ici et là ...

     

    Un long passé viticole .

     

    Tout ce qui sort de là est à consommer avec modération comme disent les gens prudents !

     

    Et surtout ne croyez pas Alexandre Vialatte lorsqu'il plaisantait :"Munissez-vous toujours de lainages lorsque vous allez en Auvergne .Tout y est aigrelet : le fond de l'air , le fromage , le vin et le son de la vielle !" . Les viticulteurs qui restent sont très impliqués et il faut être un passionné pour exercer ce métier .

     

    Pour finir , une petite suggestion de Pierre Dac : "Greffez des plants de rosiers sur des plants de vigne : ça fera du vin rosé naturel ! "

     


    22 commentaires
  •  

    Pigeonnier en Limagne .

    Pigeonnier de château de Pagnant à Saint-André-le-Coq ( 63 ) 

     

     

    Pigeonnier en Limagne .


    22 commentaires
  •  

    Sur les hauteurs de Besse (63) , à proximité de la Couze Pavin  qui chantonne sur les galets , se dresse une petite chapelle coiffée de lauzes , toute pimpante bien quelle ait presque 500 ans .

     

     

     

     

    Sa voix s'est tue depuis longtemps mais sa cloche se dore aux derniers soleils .

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une source bavarde jaillit au pied de son petit oratoire appelé ici chapelloune ,  qui est toujours fleuri ...

     

     

     

     

    On la quitte en se promettant de revenir au printemps quand  les arbres en fleurs lui feront une parure nouvelle !

     

     


    22 commentaires
  •  

     

     

    Je passe souvent sur cette petite route   mais je n'avais jamais eu l'idée de m' arrêter à cet endroit . Il est vrai que de la route , rien n'éveille l'attention ...

     

     

     

     

    Cela se situe au bord de l'Allier , en contrebas du joli village vigneron de Saint-Maurice  (63) .

    En face de l'usine d'embouteillage des eaux de Sainte-Marguerite , un petit chemin conduit à ce qui reste d'une petite  station thermale qui fonctionnait encore à la fin du XIXème siècle et qui , avant sa fermeture définitive , attirait environ 600 curistes par an .

    Elle était connue depuis les Romains et elle avait acquis une grande renommée aux XVIème et XVIIème siècles : un médecin de Louis XIII vint même y faire une cure .On y soignait principalement les maux d'estomac et du foie et l'obésité.

    De tout cela subsistent  quelques éléments  épars dans ce qui fut un parc .

     

    Une grande bâtisse qui devait être l'établissement thermal...

     

     

     

     

    Une buvette octogonale

     

     

     

     

    Un kiosque .

     

     

     

     

     

    Les eaux proviennent des précipitations qui s'infiltrent vers les profondeurs où elles se minéralisent et se chargent en gaz .Elles remontent par un réseau de failles ,chaque source ayant sa composition propre en fonction du chemin parcouru ..

     

     

     

     

    Les  sources sont captées dans de petits édifices épars ..

     

     

    La Source du Héron  , riche en chlorure de sodium .

     

     

     

     

    La Source du Tennis , adossée à un petit bâtiment . Ferrugineuse , d'où son dépôt rouge , elle coule à 30° .

     

     

     

     

    La Source Valois , en hommage à la Reine Margot , abritée par une  construction en roche volcanique que les curistes autrefois escaladaient Cette source bouillonne à intervalles réguliers 

     

     

     

     

     

     

    La Source Brissac et son geyser , qui s'élève toutes les 22 minutes pour une durée de 4 minutes et coule à 24°4 .

     

     

     

     

     

     

     

    Les eaux de la  Source de la Chapelle furent commercialisées depuis 1929 .La société d'embouteillage fut rachetée en 1993 par le groupe Intermarché  qui les vend  dans ses magasins .Une nouvelle usine fut construite et l'ancienne , abandonnée , fait le bonheur de certains ...

     

     

     

     

     

     

    Un panneau indique que le site est protégé et qu'on essaie de favoriser le retour de plantes halophiles , les eaux qui vagabondent là étant riches  en sel .

     Au retour , nous repassons devant la chapelle Sainte-Marguerite , vénérée autrefois  pour avoir épargné au village la peste qui sévissait dans une commune voisine . Elle est , dit-on ,  priée pour les maux de ventre et par les femmes en couches .

    Restaurée , elle a été depuis  vandalisée . 

     

     

     

     

     

     


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique