• Sans titre .

     

     

     

    Elle avait brouté tant de bon foin

    Tant d'herbes bleues et mordorées

    Qu'elle pensait ce matin

    Avoir fourni un lait mérité .

     

    Elle connaissait les champs , les prés , 

    L'heure où rentre le fermier 

    L'aboiement de Moun le chien berger

    Elle pensait tout savoir

    Sauf la voiture grise émaillée

    Qui l'emmenait vers l'abattoir

     

    Dans le pré violet

    Le petit  veau regardait ...

     

     

    Extrait d'un poème  de Robert Bryche  " La vache ."

     

     

     

     

     

     

     

    « Mauvaise surprise .Les crapauds . »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 5 Février à 10:40

    J'ai eu beaucoup de chance! Mes soucis se sont arrangés dans la soirée grâce à "mon "plombier qui a eu la gentillesse de rallonger sa journée de travail pour changer mon chauffe-eau .Ce n'est pas la première fois qu'il me vient en aide et j'apprécie !

    2
    Mercredi 5 Février à 10:50

    Tant mieux pour toi 

    Il y a encore des artisans sérieux par chez nous 

    Beau poème en effet 

    De tous les temps il y a eu des viandards 

    Et cela dit 

    On en peut se nourrir d'amour et d'eau fraîche 

    Je n'ai jamais mangé beaucoup de viande 

    D'ailleurs chez moi

    Ma famille n'était  pas riche c'était peu mais du bon 

    Notre basse-cour  était suffisante 

     Les bons légumes issus de notre terre bio car oui ce mot était bien dans mon univers d'enfant 

    Mon père était un jardinier qui priorisait la qualité 

    L'Auvergne et sa bonne terre 

    glasses

    3
    Mercredi 5 Février à 11:07

    Bonjour Sophie un grand merci à ton plombier c'est vraiment très sympa de sa part ces photos sont vraiment de toute beauté bonne journée bonne bisou Claudine Daniel

    4
    Mercredi 5 Février à 11:15

    Bonjour Sophie.

    Je suis content que tu aies pu résoudre rapidement ton problème de chauffe-eau.

    Heureusement qu'il y a des personnes au grand cœur, courageuses et compétentes.

    J'espère que ton fils va bien.

    Ton poème est beau mais triste...

    Bonne journée.

    Michel

    5
    Mercredi 5 Février à 12:24

    Heureuse que ton problème de chauffe-eau soit résolu Sophie,

    il y a heureusement des "plombiers" sympa !!!!

    Pauvre vache, si belle dans son pré mais au destin si triste d'après ton poème ma chère amie,

    Bonne journée et bises amicales de Christiane

    6
    Mercredi 5 Février à 14:03

    Coucou. Triste destin que celui d'une vache qui broute dans un pré, qui apprécie le soleil, le vent et les senteurs de l'été et qui doit ensuite se rendre à l'abattoir. Quant à ton chauffe-eau! OUF! Bises alpines.

    7
    Mercredi 5 Février à 14:06

    Coucou Sophie,

    J'ai loupé ton problème de chauffe-eau. Heureusement  tout est résolu !

    Ton article de ce jour est tristounet.
    Il y a des années que nous ne mangeons plus de viande et cela ne manque pas.

    Lorsque nous étions enfants on nous disait que la viande rouge donnait de la force et le de l'énergie et était bon pour la mémoire !

    Bonne journée à toi. Bises Sophie

    8
    Mercredi 5 Février à 14:24

    bonjour, Sophie

    joli poême qui finit par une triste réalité, j'aime beaucoup ta derniere photo.

    si tu as un bon plombier super garde le bien..

    bonne fin de journée

    à bientot

    9
    Mercredi 5 Février à 15:41

    Coucou Sophie,
    Ravie de savoir que ton plombier à été réactif. Cool ;-)
    J'aime les vaches et j'aime cette série de photos, en plan serré ou pas.
    Triste réalité, et pour être en accord avec moi même, je me refuse à y participer.
    Bises et bonne journée

    10
    Mercredi 5 Février à 16:35

    La chute du poème est brutale, mortelle, je dirais même.

    Et pour le petit de la vache, point de jours nombreux à espérer vivre si la vente se fait en veau élevé sous la mère, lui non plus ne fait pas long feu.

    Elevage va de concert avec des habitudes cruelles.

    POur le cumulus, je vois que ça s'arrange. Un dépannage minute, ou presque.

    Me souviens que pour nous, on a compté en semaines. Mais le deuxième a eu la bonté de ne pas tomber en panne en même temps.

    Si, juste une autre fois, une fuite par le trop plein, et toutes les serviettes mouchoirs stockés en dessous, étaient à tordre, puis à relaver.

    Oui, je crois que tu as raison, Yann, c'est breton, à l'image de Yann Tiersen, que j'aime bien sa musique, entre autre, celle de Poulain Amélie.

    Et rue des cascades super aussi.

    Amicalement. Yann

    11
    Mercredi 5 Février à 18:38

    Bonsoir Sophie,

    Et bien tu as eu plus de chance que moi ... Je suis bien contente pour toi. 

    Qu'il est triste ce poème, dure réalité ... mais quels beaux clichés.

    Bonne soirée, bises, Véronique

    12
    Mercredi 5 Février à 19:32

    Bonsoir Sophie

    J'adore les vaches, belle photo la première

    Bon tu es plus tranquille si ton plombier est passé, il est bien gentil en tout cas

    Je te souhaite une bonne soirée, bisous

    13
    Mercredi 5 Février à 20:42
    In bon artisan
    Et je comprend ce métier ou l on laisse pas les personnes dan l embaras , métier que nous avons excersez depuis 3 générations
    Bonne soirée sophie
    14
    Mercredi 5 Février à 23:44
    Robert

    Ah la vache! Chanceuse d’avoir un plombier professionnel 

    15
    Jeudi 6 Février à 06:39

    Super le plombier a assuré !Triste ce poème, hélas réel !!

    Bon jeudi Sophie gros bisous 

    16
    Jeudi 6 Février à 08:22

    Bonjour
    Les deux premières images traduisent bien le texte
    J'aime beaucoup la troisième ; un joli cadrage, une image bien composée

    17
    jm:rober
    Jeudi 6 Février à 10:33

    Bonjour ,

    Voila un poème , qui nous plonge dans la tristesse comme ce petit veau

    Je viens de lire qu'un charmant plombier changé le chauffe-eau percé .

    Bonne fin de journée

    @+  

    18
    Jeudi 6 Février à 20:05

    ah oui elles sont belles ces vaches ! et la nature 

    tes portraits  j'aime ++ bisous belle soirée A+

    19
    Jeudi 6 Février à 22:11

    Bonjour Sophie.

    Les ennuis sont finis pour toi? Heureusement.

     Un bien joli poème pour une histoire de tous les jours.

    Bises.

    20
    Vendredi 7 Février à 15:58

    triste en effet,  en ce moment les près sont remplis d'agneaux qui jouent ensemble trop heureux de vivre et qui paieront de leur personne d'ici peu aussi 

    21
    Dimanche 9 Février à 18:12

    Bonsoir Sophie, contente d'apprendre que tu ne prends plus de douche à l'eau froide, c'est pas la saison ! ... Il y a des plombiers sympas. "Tes" vaches sont très belles, presque autant que mes vaches normandes qui, chacun le sait, sont les meilleures laitières. Quand aux abattoirs, ça ne devrait pas exister ... Bises smile

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :