• Une vie pas très enviable !

    Aujourd'hui , en panne de photos fraîches , et pas très chaude d'aller me geler   dans les chemins boueux où s'attache encore une maigre neige pas des plus propres , je vous emmène faire un petit saut dans les souvenirs de mon grand-père  (cf ma rubrique Canada 1911) !

     

    " Les jeunes femmes sont assez jolies .La peau est fine et blanche , le visage d'un ovale presque parfait .Mais avec les années la laideur apparaît et quand on les voit accroupies à terre , la tête à-demi cachée par une couverture et fumant un brûle gueule , on se demande quel maléfice a transformé la gracieuse jeune-fille de naguère ..."

    Suit le récit de la dure vie de ces femmes qui les transforme peu à peu en fées Carabosse.

    "Lorsque l'homme part à la chasse aux canards , sa femme le suit , c'est elle qui ira chercher dans l'eau glacée l'oiseau abattu .Si le ménage entreprend une expédition lointaine pour trapper , le mari somnole au fond du traîneau , bien au chaud dans une couverture de lièvre tandis que les chiens trottent et que la femme court sur la piste pour tenir la corde en arrière et retenir le toboggan dans les descentes à moins qu'elle ne marche en avant pour battre le chemin avec ses raquettes .Arrivé à l'étape , lui s'occupera tout de suite de dresser la tente ; elle , pour se reposer de sa course exténuante , devra chercher du bois et préparer le repas .Le pauvre homme aura assez de mal à fumer son "Kenikenic" , tabac mélangé avec de l'écorce de saule en attendant que le dîner soit prêt . Le courageux mari tendra les pièges mais sa femme dépouillera les prises , séchera la venaison ou le poisson , tannera les peaux d'élan ou de caribou pour en faire des mocassins , des vestes et des culottes , sans oublier de les broder . Désormais ce n'est plus une femme mais une bête de travail...

    Les mamans transportent leurs  "papooses" (bébés) sur le dos dans un grand châle noué autour du cou   .Elle ont ainsi les bras libres pour travailler . Ces bébés que 'on pose tout nus sur une épaisse couche de mousse   bien sèche étendue sur une couverture de laine , sont ficelés des pieds à la tête.On dirait de petites momies entourées de cordelettes    . A l'étape , un châle suspendu entre deux branches sert de berceau . Le problème du couchage et de la lessive du papoose est vite résolu : partout où il y a de la mousse , le linge est sous la main et ne sert jamais deux fois !    "   

     

     

     

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

     

    « Retour.Paysage de conte... »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 9 Février à 17:13

    j'ignorais que ton grand père avait eu une vie si dense  !

    quelle description, on a l'impression d'y être.

    par contre les images elles viennent d'où ? ce sont des toiles ?

      • Vendredi 9 Février à 19:06

        Ce sont des cartes postales qu'il avait envoyées à celles qu'il avait rencontrée juste avant de s'embarquer et qui deviendrait son épouse après la guerre !

    2
    Vendredi 9 Février à 17:29

    Bonjour Sophie, quel texte touchant ! quelle belle description, ton grand père a bien du talent !!!

    Je me suis réinscrite à ta newsletter, je ne reçois pas tes publications !!

    Gros bisous

    3
    Vendredi 9 Février à 18:37

     merci beaucoup 

     de partager  avec nous  photos et souvenirs de   ton Grand Pére 

     trés belles photos 

     bonne soirée pour toi 

     kénavo

    4
    Vendredi 9 Février à 18:52

    Bonsoir Sophie c'est vraiment très gentil de ta part de partager ce merveilleux article je t'en remercie beaucoup bonne soirée bisou Claudine Daniel

    5
    Vendredi 9 Février à 19:14

    Comme quoi, être nées en France et... à notre époque, il n'y a peut-être pas trop de raisons de faire la grimace ;-)
    C'est super de partager ainsi les souvenirs de tes ancêtres, ils continuent ainsi d'exister. Perso, j'adore !
    Merci Sophie pour ce partage.
    Bises et bonne soirée

    6
    Vendredi 9 Février à 19:35

    Bonsoir Sophie,

    Ben oh la la quelle vie pauvres femmes !! de tout temps les hommes ont eu les beaux rôles, c'est pas normal ... Bonne soirée, bises, Véronique

    7
    Vendredi 9 Février à 20:55

    Dure vie !
    C'était un peu pareil dans toutes les régions du monde.
    Bisous et bon WE Sophie

    8
    Vendredi 9 Février à 21:41

    Bonsoir Sophie,

    J'apprécie beaucoup ces articles et je découvre donc que ton grand-père a cotoyé les Indiens d'Amérique, quelle chance! 

    C'est un peuple pour qui j'ai une forte attirance et déjà à cette époque la femme en faisait cent fois plus que les hommes. 

    Superbe la première carte, ils sont beaux dans leurs costumes.

    Merci pour ce partage,

    Bises et bonne soirée. 

    9
    Vendredi 9 Février à 21:55

    Pas facile la vie de ces femmes.

    Tu as été bien courageuse pour la traduction des 600 pages.

    Biz.Aline

    10
    Samedi 10 Février à 00:20

    Merci pour cette page d'histoire. Ce peuple n'a vraiment pas été épargné et il faut saluer leur courage.

    11
    Samedi 10 Février à 07:52

    Merci pour ce partage très riche

    Pase un très bon week end

    12
    Samedi 10 Février à 11:16
    francinea

    Bonjour, des bêtes de travail, le mot est faible !! ce n'est pas le froid qui me gêne, mais le verglas, et là on est servis !! je te souhaite un bon week end, bisous

    13
    Samedi 10 Février à 11:52
    Finalement, la mousse pour les bébés est bien plus économique et respectueuse de l'environnement que toutes ces couches jetables qui encombrent les décharges....
    Pour le reste, évidemment la vie était dure !
    Bon début de week-end Sohie
    14
    Samedi 10 Février à 15:07
    Robert

    Merci pour ce partage, malgré qu je suis du Canada j'ai appris quand même sur les indiens avec ce ttxe de ton grand père.

    Si je ne me trompe pas, ce sont des indiens de l'ouest du Canada, mais pas certain...

      • Samedi 10 Février à 17:25

        Mon grand-père avait obtenu sa concession ( à défricher s'il voulait en devenir propriétaire ) au bord du Cold Lake , dans le secteur de Bonnyville (Alberta) , tout près d'une réserve .Je pense que c'était des Crees puisqu'ils parlaient la langue crie

    15
    Samedi 10 Février à 15:25

    Bonjour Sophie,

    On a pas mal fréquenté les Indiens de L'est du Canada. D'une part nous avons vécu 6 ans à côté d'une réserve. Puis j'ai travaillé avec une Indienne et enfin lorsque nous étions en France nous exportions leurs produits (bottes, raquettes, bijoux etc ...)

    Personnellement, je trouve que l'engouement des gens en France est surfait. Ils pensent savoir, ils pensent connaitre mais souvent ils fabulent.

    Il ne faut pas croire ce ne sont plus les grands protecteurs de la nature. Dans les réserves, combien de bagarres, de personnes saoulent  .... et j'en passe.

    C'est facile aussi de dire :"Mais on leur a volé leur pays" etc .... Mais le gouvernement Canadien fait son grand possible pour eux et ils sont devenus souvent des personnes assistées qui n'ont pas le courage de travailler et de se prendre en mains.

     

    J'ai donc travaillé avec une jeune indienne qui se faisait appeler Marie-Jeanne (mais qui avait un autre prénom difficile à se souvenir). Toutes les deux, nous avions  une vingtaine d'années et nous étions dans les cosmétiques et la mode. Elle me faisait des confidences. Elle avait été marié avec un blanc et c'était l'outrage. Elle ne pouvait plus vivre dans la réserve. Elle pouvait visiter ses parents, frères et soeurs dans la journée mais ne pouvait plus dormir.  Au sein des réserves, une Indienne qui épouse un blanc perd son titre d'Indienne. Par contre, un Indien qui épouse une blanche peut continuer à vivre dans la réserve et sa femme devient automatiquement Indienne.

    C'est également la femme qui donne le nom de famille à ses enfants.

    Enfin, travailler avec des Indiens demandent beaucoup de patience .... Ils sont rusés et savent compter !

    Tu excuseras ma longue "Jasette" comme on dit au Québec !

    Bonne fin de semaine Sophie

      • Samedi 10 Février à 17:01

        Au contraire , j'apprécie cette jasette , c'est un prolongement intéressant !

    16
    Dimanche 11 Février à 10:49

    La neige est pratiquement fondue dans mon jardin..... maintenant c'est une éponge !

    Bonne journée Sophie

    17
    Dimanche 11 Février à 19:21

    Pas facile la vie à cette époque, les femmes payaient un lourd tribu, pas étonnant que leur beauté se flétrissait rapidement ! Bonne soirée Sophie, à bientôt happy

    18
    Mardi 13 Février à 00:48

    Belles photos Sophie

    des souvenirs de ton grand-père. C'est fabuleux son récit de ce qui'l a vu là bas,

    fabuleux n'est pas le mot que j'emploierai pour parler du sort des femmes.

    Mais c'est un bon témoignage.

    Douce nuit et gros bisous.

    PS: les couches pour bébés sont très écologiques!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :