•  

    Quand on parle de la ville de Thiers , on pense aussitôt "coutellerie " et en effet , elle en  reste la capitale française  dont elle a fait  a fait la prospérité depuis le XIVème siècle .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Forge , trempe , émouture, façonnage , montage du manche, sculpture , gravure , polissage sont les étapes nécessaires à la fabrication d'un couteau .

     

     

    Dans cette vitrine on voit représenté un émouleur , à qui incombait la mise au tranchant de la lame , dont dépend la qualité du couteau .L'émouleur avait besoin de l'eau de la Durolle  pour actionner la meule ( un moulin à eau ou " rouet" entraînait plusieurs meules ). Il travaillait 12 heures par jour , sans arrêt éclaboussé par l'eau  et l'hiver dans le froid  (quand le gel ne le contraignait pas au chômage ) et la tuberculose le guettait  .Il dressait parfois son chien à se coucher sur ses jambes pour lui apporter un peu de chaleur .

     

     

    Bien sûr , au cours des siècles , les procédés de fabrication  en   considérablement changé , surtout à partir du début du XIXème .Avec l'apparition des machines-outils utilisant la force hydraulique de l'impétueuse Durolle qui coule en contrebas de la ville , l'usine l'emporta sur l'atelier.

    Vers 1850 , les industries du cuir et du papier qui utilisaient elles aussi les eaux de la Durolle , très propices parce que contenant très peu de calcaire ,vont s'effacer devant la coutellerie .

    La moindre portion de rivière va être utilisée .

    Sur à peine 3 km , 140 écluses métamorphosèrent les gorges de la Durolle

    Les usines étaient  collées les unes aux autres .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Certaines empiètaient sur le lit de la rivière , on y accèdait  par des passerelles .

     

     

     

     

    Dans ce site austère , encaissé , les conditions de travail étaient très dures : bruit cyclopéen des découpeurs métalliques , des étaux limeurs , des martinets à ressort , des marteaux-piqueurs , auquel se mêlait le fracas de la rivière , rougeoiement de la fournaise ,  chaleur torride de la forge...Les accidents n'étaient pas rares : membres happés par les courroies , mains coupées par les machines , corps broyés par l'éclatement des meules .Des femmes et des enfants travaillaient aussi dans ces manufactures .

     

    Et puis vint l'électricité ...et la coutellerie émigra dans la plaine . La vallée des usines est désormais désaffectée et la Durolle est peu à peu rendue à elle-même.

     

     

     

     

     

     

    Certaines usines ont été transformées en lieux culturels , comme le Creux de  l'Enfer et l'Usine du May devenue Maison de l'Aventure Industrielle .

     

     

     

     

    George Sand , qui avait fait un court séjour à Thiers avait été frappée par la rudesse de la vie des couteliers et en 1860 elle écrivit La Ville Noire , un des premiers romans à situer son intrigue dans le monde du travail et qui a pour cadre ce site . C'est après l'avoir lu que j'ai eu la curiosité d'aller voir ce site .

     

     

     

     


    25 commentaires
  •  

    Je venais de passer devant l'église de Montferrand

     

     

    Courageux ou téméraire ?

     

     

    Surveillée de près par les gargouilles ...

     

     

    Courageux ou téméraire ?

     

     

    Courageux ou téméraire ?

     

     

    Courageux ou téméraire ?

    Je flânais dans  ce quartier vénérable où le campanile me fit remarquer que je n'étais pas en avance (un scoop ! )

     

     

    Courageux ou téméraire ?

     

     

    Quand mon regard fut attiré par l'ancienne maison de l'apothicaire ...

     

     

    Courageux ou téméraire ?

     

     

    Courageux ou téméraire ?

     

     

    Courageux ou téméraire ?

    Regardez bien tout en haut , à droite et à gauche ...

     

     

    Courageux ou téméraire ?

    L'apothicaire qui n'a jamais pris sa retraite en six siècles  ...

     

     

    Courageux ou téméraire ?

    Et son patient qui attend ...

     


    21 commentaires
  •  

    Slobo (Jevtic Slobodan ) , né en 1934 en Serbie est en France depuis 1965 et en Auvergne depuis 1969 . Architecte , décorateur , metteur en scène , peintre (thèmes privilégiés : espace, cosmos...) son oeuvre artistique est foisonnante .

    Il a aussi réalisé de nombreux trompe-l'oeil afin de métamorphoser  quelques murs par trop rébarbatifs et d'humaniser discrètement le paysage urbain  .Les sujets choisis ,souvent empruntés au terroir , traités avec beaucoup de simplicité et de bonhomie , créent un lien entre les générations...

    Voici quelques unes de ces réalisations :

     

     

    Trompe-l'oeil .

     

    Trompe-l'oeil .

    Aubière (63)

     

     

     

    Trompe-l'oeil .

     

    Trompe-l'oeil .

    Billom (63)

     

     

     

    Trompe-l'oeil .

     

    Trompe-l'oeil .

     

    Trompe-l'oeil .

    Billom (63) Supermarché .

     

     

     

    Trompe-l'oeil .

    Gimeaux (63)

     

     

     

    Trompe-l'oeil .

    La Roche-Blanche (63)

     

     

     

    Trompe-l'oeil .

    Saint-Eloi-les-Mines (63)

     


    23 commentaires
  •  

     

    Rouillas-Haut fait partie des 17 villages qui composent la commune d'Aydat , bien connue des touristes par son lac .

    Ses maisons de pierre aux couleurs sombres ( il y a une soixantaine d'habitants )bordent de petites rues qui grimpent , certaines sont rénovées  d'autres attendent leur heure . Nombreux , d'anciens abreuvoirs et des fontaines témoignent de l'activité agricole d'autrefois .Une petite chapelle reste vaillamment debout .

     

     

     

     

     

    Des poules bavardes s'offusquent à votre passage ... ...

     

     

     

     

    Dans cette ambiance bucolique et dans ce cadre sans sophistications , les fables de La Fontaine qu'on peut découvrir çà et là sur les murs des maisons ou sur des dispositifs installés à cet effet  (il y en a une bonne trentaine ) ont une résonance toute particulière . Et la comédie humaine restant ce qu'elle est ,elles sont toujours d'actualité !

    En 2000 , un habitant du village , Michel David , a d'abord eu l'idée de réaliser des plaques de rues au moyen  de lauzes qu'il peignait puis vernissait . Cette initiative plut aux habitants et 24 plaques ont été peu à peu réalisées , en tenant compte des suggestions des habitants du village .

     

     

     

     

     

    Les fables à Rouillas-Haut .

     

     

     

    Les fables à Rouillas-Haut .

     

     

    Puis sur sa lancée , il imagina  une  "  ronde des fables ".

    Elles ont été réalisées en lave émaillée .

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les fables à Rouillas-Haut .

      

     

     Michel David  ne s'intéresse pas qu'au dessin et à la peinture . A partir de matériaux de récupération il a représenté des personnages de ces fables .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les fables à Rouillas-Haut .

     

     

     

    Si vos escapades vous mènent en Auvergne et si le coeur vous en dit , vous pourrez venir découvrir au détour des rues de ce petit village les fables que je ne vous ai pas montrées ...

     


    24 commentaires
  •  

    Dimanche dernier , en fin d'après-midi dans les rues de Besse  (63 ) qui s'efforce , en ces temps de Noël comme en été , d'être une vitrine fidèle des productions auvergnates .

    Pas encore de neige à la station de Super-Besse , mais d'ici Noël , on ne sait jamais ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vieille échoppe dans la rue des Boucheries .

     

     

     

     

     

     

    Le musée du ski ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'objectivité m'oblige à ne pas  zapper les charcutailles ...

     

     

     

     

     


    13 commentaires
  • On m'avait dit qu'il y avait une chance d'apercevoir des oiseaux d'eau en peine nature, au confluent  de l'Allier et de la Dore .

    Je suis donc partie à la découverte , avec de petites ailes  sous les roues ...

    Sans explications plus précises , on hésite entre de multiples chemins de terre à moitié goudronnés  qui bifurquent à n'en plus finir entre champs  bosquets et terrains vagues , très ...vagues .

    J'ai fini par trouver l'endroit désiré , du moins je pense , car il y avait un petit panneau explicatif donnant un chiffre très alléchant concernant le nombre d'espèces  de mammifères et d' oiseaux qu'on peut s'attendre à rencontrer dans les  parages .

    Mais ce jour -là , malgré le ciel bleu d'un avant-goût de printemps , il n'y avait ...tout simplement rien : le désert , et pas un chant d'oiseau prometteur .

    Le paradis terrestre , ce sera donc pour une autre fois .

    Pour ne pas rentrer bredouille , je suis  allée voir les petits villages des environs et c'est ainsi que je suis arrivée à Châteldon  .

     

     

    Changement de programme .

     

    C'est un bourg paisible niché dans la verdure  à une vingtaine de km de Vichy et traversé par un  ruisseau aux eaux claires , le Vauziron  qui a favorisé autrefois l'implantation de coutelleries .

     

    Le village est dominé par un imposant château plusieurs fois remanié dont l'origine remonte à 1108 .Il  jouissait d'une position stratégique entre le Bourbonnais , l'Auvergne et le Forez . Il appartint aux Aycelin de Montaigut puis à une famille apparentée , les De Vienne , et enfin il fut acquis en 1931 par Pierre Laval qui était enfant du pays .Aujourd'hui , il appartient à une fondation américaine , la fondation de Chambrun , qui l'entretient , mais malheureusement il ne se visite pas .

    Le pré situé en contrebas du château est surnommé "Cimetière des Anglais " car il aurait servi de sépulture à des soldats anglais morts au cours d'un assaut contre la ville pendant la Guerre de Cent Ans ( bataille de Mort Gate )

     

     

     

    Changement de programme .

     

     

    L'église , avec son clocher haut de 30m et ses  36m de long est l'édifice religieux le plus important du canton .

     

     

    Changement de programme .

     

     

    Le beffroi construit en moellons de granite était à l'origine la porte d'entrée de la basse-cour du château .

     

     

    Changement de programme .

     

    Châteldon fut au Moyen-Age  une ville possédant un artisanat prospère : coutelleries et tanneries entre autres .Au début du XIIème siècle , il y aurait eu 25000 habitants (aujourd'hui  moins de 800 !  ) .Mais en 1348 une épidémie de peste fit de tels ravages que les artisans quittèrent la ville , les tanneurs pour Maringues et les couteliers pour Thiers .Mais au XV ème siècle la ville connut un  essor avec une importante ativité marchande , à laquelle succéda au XVIème siècle une nouvelle prospérité due à la vigne .

    De cette période subsistent deux très belles maisons anciennes .

    La "Maison Sergentale" avec son rez-de-chaussée en pierre , sa tourelle d'escalier à vis et ses deux étages à encorbellement .

     

     

    Changement de programme .

     

     

    Changement de programme .

     

     

    Egalement une ancienne pharmacie avec son rez-de-chaussée en arkose, ses deux étages divisés en 2 registres , dont le dernier possède un balcon protégé par un auvent.

     

     

    Changement de programme .

     

     

    Changement de programme .

     

     

    Changement de programme .

     

     

    Changement de programme .

     

    Chateldon possède une source dont les eaux étaient prisées de Louis XIV et de sa cour pour ses vertus thérapeutiques et on les acheminait en bombonnes à Versailles .Au XIXème siècle se développa une activité thermale mais elle périclita , victime de la concurrence de Vichy .Néanmoins , cette eau est encore -modestement exploitée de nos jours et on peut en trouver chez les commerçants  de la ville et certaines épiceries fines .

     

     

     


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique