•  Je vous avais déjà emmenés dans les rues de Besse cet été (voir ici )

     

     

     

     

    Nous y voici à nouveau à la mi-décembre .

     Nous passons sous le  beffroi ,  bel exemple de l'architecture militaire à différentes époques .

    Sa tour rythmait le temps de la vie civile et le clocher de l'église celui de la vie religieuse .

     

     

     

     

    La place de la Gayme qui était autrefois réservée au marché du Saint-Nectaire ,était jadis  appelée la Place au Blanc en référence au nom donné à ce fromage juste avant l'affinage .Il fait exceptionnellement doux et les cafés servent encore en terrasse .

     

     

     

     

    Si la petite ville n'héberge  plus pour l'instant la foule des touristes qui aiment la fréquenter en juillet-août , elle n'en reste pas moins très animée en attendant la neige qui attirera bientôt les skieurs dans la toute proche  station de Super-Besse .

    Beaucoup de boutiques sont restées ouvertes 

     La ville souffle encore un peu en se refaisant une beauté . Cà et là on répare , on repeint , on améliore , on réhabilite de nouveaux

    bâtiments , si bien que je n'ai pas pu photographier , entre autres , la maison dite "de la Reine Margot" . J'ai dû me  contenter d'une  porte qui mène au Musée du ski

     

     

     

     

     

    Cette maison était certainement une des plus luxueuses de Besse , ce qui lui vaut la réputation d'avoir pu héberger l'infortunée fille de Catherine de Médicis lors de sa fuite  , qui se termina par son exil et son assignation à résidence au château d'Usson...

     De nombreuses boutiques font référence à la belle conspiratrice .

     

     

     

     

     

     

     

    D'autres offrent les productions locales .

     

     

     

     

     

     

     

    La boutique du fleuriste s'adapte eux saisons pour  garder tout son charme .

     

     

     

     

    Dans l'église , Notre-Dame de Vassivière  , redescendue de son séjour d'été   le jour de la "Dévalade" a repris sa place et contemple le vitrail moderne qui lui fait face à l'autre bout de l'église .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    16 commentaires
  • Au sud-ouest du Puy-de-Dôme , au coeur des Monts Dore au passé géologique si complexe et si tourmenté , dans le massif du Sancy ,

    à 1050 m d'altitude, se trouve le petit village de Chastreix (242 habitants )

    Il s'étire au milieu de hauts pâturages .

     

    Le voici tel que je l'avais vu cet été

     

    Chastreix .

     

     

    et tel qu'il était hier par un après-midi exceptionnellement doux pour un mois de décembre .

     

     

    Chastreix .

     

     

    Son  église date du XIVe siècle  

     

    Chastreix .

     

     

    Chastreix .

     

     

    Elle possède de nombreux chapiteaux originaux et colorés

     

    Chastreix .

     

     

     

    Chastreix .

     

     

     

    Chastreix .

     

     

     Elle renferme aussi  une vierge en majesté du XIe siècle qui  porte l'Enfant Jésus sur le genou gauche et dont le regard frappe par sa fixité.

    Elle fut l'objet d'un pèlerinage qui supplanta un temps celui de Vassivières , et reçut de ce fait de nombreuses donations, dont une du Comte d'Artois , le futur Charles X.

     

     

    Chastreix .

     

     

    Au-dessus du village  , la petite station de ski de Chastreix - Sancy (1400m) est une station familiale par excellence .Elle possède aussi

     une base d'activités pour chiens de traîneaux .

     

     

    Chastreix .

     

     

    Chastreix .

     

      

    Chastreix .

     

     

    Chastreix .

     

     

    Chastreix .

    Elle ouvre vers le 15 décembre et actuellement elle attend la neige .


    12 commentaires
  • Le lac Chambon  ...

     

    Le vieux pommier .

     

    A proximité , un petit village  , groupé autour de sa vieille église...

     

     

    Le vieux pommier .

     

     

    Le vieux pommier .

     

     

    Le vieux pommier .

     

     

    En ce 6 décembre , il avait déjà un peu de sa sévérité hivernale .

    Mais dans un jardin , un pommier qui a résisté vaille que vaille  aux années et aux rudesses du climat , jouait au sapin de Noël

     

    Le vieux pommier .

     


    20 commentaires
  •  

    La petite ville de Besse est située sur le flanc sud des Monts Dore à près de 1100 m d'altitude , c'est dire que le climat l'hiver est plutôt rude et que la neige n'y fond pas vite .

    La beauté des vastes paysages qui l'entourent en faitt un lieu très fréquenté non seulement en été mais également en hiver du fait de son annexe d'altitude , la station de ski de Super-Besse ."Pays de lacs , de torrents , de rochers , de gazon , fait pour le ski l'hiver et l'été pour le vol à voile .Ou pour ce qui est mieux encore , pour la marche en liberté dans l'air immense "  Henri Pourrat .

    Le bourg était jadis la capitale des montagnes .Au XIVe siècle il était fortifié et on peut voir encore des  vestiges de ses remparts en lave noire . En lave également ses vieilles maisons des XIVe et XVIe siècles , jadis habitées par de bourgeois exerçant des métiers de commerce , des hommes de loi , des lettrés .La prospérité de la ville se lit à travers l'architecture des maisons qui ont souvent une porte à tympan ogival ouvrant sur une tour d'escalier coiffée d'un toit à poivrière .

    Lorsque j'y suis passée fin août , il était tard et le beffroi , le château du bailli étaient en plein contre-jour , obstacle invincible pour moi .Il y avait affluence dans les rues et je devais pour chaque  photo attendre que l'espace se dégage pour ne pas y piéger des promeneurs qui ne m'avaient rien demandé ...

    Je vous invite donc à une petite promenade improvisée à travers les rues , en sauts de puce ...ici et là , cela sentait délicieusement bon le pain frais , la confiserie  et les victuailles diverses : les randonnées à l'air pur creusent  l'appétit ...

     

     

    Flânerie dans les rues de Besse .

     

     

     

    Flânerie dans les rues de Besse .

     

     

     

    Flânerie dans les rues de Besse .

     

     

     

    Flânerie dans les rues de Besse .

     

     

     

    Flânerie dans les rues de Besse .

     

     

     

    Flânerie dans les rues de Besse .

     

     

     

    Flânerie dans les rues de Besse .

     

     

     

    Flânerie dans les rues de Besse .

     

     

     

    Flânerie dans les rues de Besse .

     

     

     

    Flânerie dans les rues de Besse .

     

     

     

    Flânerie dans les rues de Besse .

     

     

     

    Flânerie dans les rues de Besse .

     

     

    Flânerie dans les rues de Besse .

     


    17 commentaires
  •  

    La dernière fois que j'y suis allée c'était en juin et tous les petits villages embaumaient le tilleul .

    Le Dauphiné d'Auvergne s'étend entre les Monts du Cézallier et le Val d'Allier . Ce sont des plateaux volcaniques entaillés de rivières  parfois torrentielles qui courent se jeter dans l'Allier.

    Au cours des siècles les hommes ont modelé le paysage en y perchant leurs villages et en façonnant des terrasses pour y cultiver la vigne ou y faire pousser des vergers .J'aime cette région aux vastes étendues sans monotonie  où la lumière a quelque chose de méridional et où le passé affleure partout .

    Pourquoi ce nom de Dauphiné d'Auvergne ?

    C'est qu'au XIe siècle , le Comté d'Auvergne fut partagé .La branche cadette eut la Limagne jusqu'au sud de Vic-le-Comte : la Comté .

    La branche aînée reçut la partie plus montagneuse et établit sa résidence à Vodable dans un splendide palais qui attira de nombreux troubadours .Elle y resta plus de 200 ans .

    Richelieu fit par la suite démolir ce château et Vodable est  plus aujourd'hui un petit village.

     

     

    Promenade en Dauphiné d'Auvergne .

     

     

    Lors du partage , le fils aîné du représentant de la branche cadette portait le prénom de Dauphin .Il transforma ce prénom en titre de dignité féodale  qui se transmit à ses héritiers

     

     

    Promenade en Dauphiné d'Auvergne .

    Blason des Dauphins d'Auvergne .

     

     

     

    Tourzel-Ronzières est un des  villages de ce Dauphiné où les vestiges du passé sont nombreux et les légendes aussi.

     

     

    Promenade en Dauphiné d'Auvergne .

     

     

    Promenade en Dauphiné d'Auvergne .

     

     

    Promenade en Dauphiné d'Auvergne .

     

     

    Promenade en Dauphiné d'Auvergne .

     

     

    Promenade en Dauphiné d'Auvergne .

     

     

    L'église juchée sur le plateau de Ronzières   veille sur le petit cimetière agrippé à la pente à ses côtés ..Elle date du XIIe siècle et fut modifiée au cours des  deux siècles suivants .

     

     

    Promenade en Dauphiné d'Auvergne .

     

     

     

    Promenade en Dauphiné d'Auvergne .

     

     

     

    Promenade en Dauphiné d'Auvergne .

     

     

    De ce plateau , on a une vue très étendue .

     

     

    Promenade en Dauphiné d'Auvergne .

     

     

    Saint Baudime , compagnon de Saint Nectaire , était venu évangéliser la région .

    D'abord il la débarrassa  d'un monstre qui se cachait dans les dédales des rochers et faisait de cruels ravages .

    Un jour qu'il prêchait à mi-pente du plateau près d'une source , l'eau de celle-ci devint miraculeuse après son passage .Il y éleva un oratoire qui fut dédié à Notre-Dame , dont il abritait la statue .

    Survinrent des invasions vandales , la chapelle fut détruite et la statue disparut.

    Plus tard , un laboureur fut très intrigué quand il remarqua que ses boeufs stoppaient net toujours devant le même buisson de ronces  et meuglaient avec insistance . Intrigué il le fouilla ... et découvrit la statue de la Vierge .

    C'est elle que l'on voit toujours sous une vitrine dans l'église qui remplaça le baptistère que Saint Baudime avait élevé au sommet de la butte .

    Le nom de Ronzières viendrait peut-être de "ronceria" , broussailles .

    Un rocher dans le sentier porte la marque du pied du boeuf et autrefois les jeunes filles qui rêvaient d'un mari venaient y glisser leur pied .

     

     

    Promenade en Dauphiné d'Auvergne .

    Vierge en majesté du XIIe siècle , en bois dur .

     

    Promenade en Dauphiné d'Auvergne .

     

     

    On y vient en pèlerinage le dimanche qui suit le 8 août et la messe est dite à proximité , sous un tilleul multicentenaire .

    A noter que le buste -reliquaire de Saint Baudime se trouve à l'église de Saint-Nectaire .

     

     

    Promenade en Dauphiné d'Auvergne .

     

     

    Promenade en Dauphiné d'Auvergne .


    16 commentaires
  •  

    Courpière est une petite ville située à 46 km à l'est de Clermont-Ferrand , au point de jonction des riches plaines de la Limagne et du Livradois-Forez .

     

     

     

    Elle domine et entoure la Dore , rivière aux crues très  redoutables et dévastatrices autrefois ,  et qu'on s'est efforcé d'assagir Navigable en aval de la ville ,ce fut une voie de communication via l'Allier et la Loire avant l'arrivée du chemin de fer , et les bateaux transportaient toutes sortes de denrées ,  les céréales , les légumes et les fruits , le vin , le chanvre  , les matériaux de construction , les minerais etc...jusqu'au bois  par  flottaison

    La Dore était également source d'énergie  et alimenta de nombreuses scieries , des moulins  et de  petites activités artisanales : tanneries etc.

    Au XVII ème siècle , Courpière était une ville-étape sur l'axe Clermont-Lyon , très fréquenté par les marchands , colporteurs et troupes en armes .

    Au début du XXème siècle , l'artisanat y était florissant:bourreliers , charrons ,cardeurs , fabricants de briques...

    La proximité de Thiers permit le développement d'une coutellerie à domicile .

    Plus tard , Teilhol, qui fabriquait les voiturettes sans permis , et Couzon produisant de la platerie en inox , s'installèrent à Courpière 

    L'altitude est faible (325m) et le climat relativement doux grâce à la barrière que forment les monts du Forez et les derniers contreforts du Livradois : l'agriculture fut longtemps prospère :vigne , céréales , chanvre, fruits -en particulier les fraises dont Courpère fut la capitale dans les années 1950-1960

    Les temps ont bien changé et aujourd'hui est installée à Courpière  depuis 1970 la CELTA qui produit 60000 tonnes de cartons ondulés par an .

    De son riche passé commerçant , Courpière a gardé des maisons anciennes .

     

     

     

     

     

     

    Par-ci par là on découvre sur les façades des fenêtres ou des portes rescapées de ce passé .

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'église , curieusement encastrée dans les maisons d'un côté et bordée d'une ruelle très étroite de l'autre  , est de style roman auvergnat .Elle a été édifiée au milieu du XII ème siècle sur la base d'un bâtiment plus ancien .La façade est actuellement en rénovation .

    Elle a des chapiteaux historiés

     

     

     

     

    Une mise au tombeau en pierre polychrome des XV ème et XVI ème siècles , protégée derrière une grille , donc il n'est pas possible d'en photographier l'ensemble .

     

     

     

     

     

     

     

     

    Elle abrite aussi une Vierge en Majesté , du XIIème siècle ,  taillée dans un seul bloc de bois de noyer sauf la tête de la Vierge et la tête de l'Enfant , sculptées à part et fixées par des tenons.

     

     

     

     

     

    Nous ne pouvions pas quitter Courpière sans une pensée pour Coco Chanel qui était Auvergnate et a séjourné dans cette ville où sa mère était née .Elle détestait son enfance et cherchait à l'occulter , alors je serai discrète .

     

     

     

     

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique