•  

    Les porteurs de moutons .

     

     

    Chapiteaux romans en Basse Auvergne  2.

    Eglise de Lempdes -sur-Allagnon  (43 )

     

     

    Chapiteaux romans en Basse Auvergne  2.

    Eglise de Biozat (03) 

     

     

    Chapiteaux romans en Basse Auvergne  2.

    Basilique St Julien  de Brioude (43) 

     

     

    Chapiteaux romans en Basse Auvergne  2.

    Eglise de Besse (63)

     

     

    Chapiteaux romans en Basse Auvergne  2.

    Eglise de Bournoncle (43)

     

     

    C'est un thème très souvent représenté sur les chapiteaux romans auvergnats . 

    Certaines églises ont même parfois deux chapiteaux qui le représentent

    (Issoire, Brioude ) , ce qui montre qu'ils devaient avoir une  signification bien précise et intelligible .

    Comment l'interpréter ? 

    - On y a vu la figuration du Bon Pasteur .

     

    Chapiteaux romans en Basse Auvergne  2.

     Eglise de Chanteuges (43)

     

     Mais si cette hypothèse est la bonne , pourquoi y a-t-il toujours 2 bergers - et pas simplement pour la symétrie car il y a  souvent des différences entre les deux ?

     Cependant  on peut rapprocher ces bergers de l'inscription qui figure sur le linteau de l'église de St Pourçain -sur-Sioule :"Je suis la porte des brebis, si quelqu'un entre par moi , il sera sauvé et il entrera et il trouvera des pâturages" : donc ces bergers évoqueraient le Christ et seraient là  pour donner une image positive du clergé qui accueille les fidèles dans l'église .

     Oui , mais  ce n'est pas si simple : très souvent , un des deux bergers tire la langue , ce qui à première vue n'a rien de positif !

     

    Chapiteaux romans en Basse Auvergne  2.

    Abbatiale St Austremoine d'Issoire . 

     

     

    Chapiteaux romans en Basse Auvergne  2.

    Eglise de Besse 

     

    - Hypothèse 1 :  cette langue tirée serait une condamnation de l'idolâtrie . Mercure avait été l'objet d'un culte dans la région , il  avait même eu un temple au sommet du puy de Dôme et il en restait peut -être quelque chose .Or Hermès-Mercure était parfois représenté dans l'Antiquité portant un bélier sur les épaules  (voir l'Hermes criophore au Louvre ) .

     

     

    Chapiteaux romans en Basse Auvergne  2.

    Basilique St Julien Brioude (45) 

     

     

    Chapiteaux romans en Basse Auvergne  2.

    Id .

     

     

    - Hypothèse 2 : Il s'agirait d'une stigmatisation de ceux qui rechignaient à payer la dîme , dont on s'acquittait parfois en nature -et dans ce cas , cela rejoint la condamnation de l'avarice ...

     

    - Hypothèse 3 : le berger vit dans les prés , à la limite des bois , au contact de la terre , et il peut représenter , en dehors de tout manichéisme , toute l'ambiguïté des forces de la nature que l'homme porte aussi en lui-même .

     

    Chapiteaux romans en Basse Auvergne  2.

    Eglise de St Nectaire .

     

     

    Chapiteaux romans en Basse Auvergne  2.

    Id .

     

     

    Chapiteaux romans en Basse Auvergne  2.

    Abbatiale  St Austremoine , Issoire .

     

     

    Chapiteaux romans en Basse Auvergne  2.

    Id .  

     

    - Enfin , pour certains , ces bergers quand ils sont agenouillés et qu'ils tirent la langue , montrent  leur humilité  et qu'ils utilisent leur langue pour louer Dieu 

     


    14 commentaires
  •  

     

     

    St Nectaire .

     

    La Basse Auvergne , qui comprend en gros le Puy-de-Dôme , l'arrondissemnt de Brioude en Haute-Loire , le quart sud-est de l'Allier et le nord du Cantal,  est exceptionnellement riche en églises  romanes : il en subsiste en effet environ  250 !

    A côté des édifices majeurs que sont ND du Port à Clermont , l'abbatiale St Austremoine à Issoire , ND d'Orcival ,l'Eglise de St-Nectaire , celle de St Saturnin , l'abbatiale de Mozac , la Collégiale d'Ennezat  pour le Puy-de-Dôme , et la basilique St Julien en Haute-Loire , il y a tous les édifices plus ou moins connus , et parfois tout à fait méconnus  , dans les villages et  les hameaux .

    J'aimerais vous faire partager ma  curiosité par  le biais des thèmes que l'on trouve le plus fréquemment illustrés sur les chapiteaux et les modillons .

    C'est une évasion dans le temps , il faut souvent s'astreindre à penser autrement pour comprendre ce qui était  exprimé là , à destination de fidèles qui le plus souvent ne savaient pas lire , à une époque où qui plus est l'imprimerie n'existait pas , et à qui était adressée  pour leur édification ,  toute une  imagerie de pierre qui leur était intelligible  alors qu'à nous , elle échappe parfois .

    Architecture ,  sculpture ,  vitrail ,  peinture ,tout était intimement lié et avait une fonction essentiellement didactique , La main de artistes était guidée par les moines - ce qui heureusement n'a pas empêché les tailleurs de pierre et les sculpteurs  de montrer parfois des sujets de la vie quotidienne et de donner libre cours à leur imagination .

      

    Pour commencer , voici un type de chapiteau qui n'est pas spectaculaire mais que l'on trouve uniquement en Auvergne et toujours dans le narthex , juste à l'entrée de l'église .

     

    ND du Port .

     

    Basilique d'Orcival .

     

     

    Eglise de St Nectaire .

     

     

    Comment interpréter ces chapiteaux , pour lesquels il n'existe aucun document d'époque ?

    Certains , qui les appellent "chapiteaux in folio " , ou " en piles de livres " , se basant sur le fait qu'on les trouve dans le narthex , où on recevait ceux qui venaient  demander le baptême , estiment qu'ils évoquent les livres de la Bible qui doivent nourrir le futur chrétien ." ( cf Monseigneur Aybram dans un fascicule sur la basilique d'Orcival .)

     

    Pour certains chercheurs qui les nomment "chapiteaux-bases " ils seraient en rapport avec " l'élaboration par le clergé grégorien à la fin du XIème siècle d'une nouvelle doctrine de l'édifice ecclésial: sursacralisation  du bâtiment-église dans sa matérialité de pierre sublimée et spiritualisée par la dédicace ." Ce seraient des colonnes renversées "élevées à la dignité de chapiteau , honorées dans leur  fonction de support honorifique des  colonnes " .On remarque qu'à St Nectaire , ces chapiteaux (il y en a 3 ) sont revêtus d'un mouchetage qui imite le marbre , ce qui les ennoblit et prouverait  bien qu'ils sont considérés comme figurant des pierres . (cf Jérôme Baschet,Jean-Claude Bonne et Pierre olivier Dittmar http://imagesrevues.revues.org/1611) 

     

    A bientôt pour la suite , avec le thème des porteurs de moutons , très répandu , moins abstrait mais énigmatique lui aussi .

     

     


    13 commentaires
  •  

     

    Parmi les arbres d'Allagnat .

     

     

    Parmi les arbres d'Allagnat .

     

     

    Parmi les arbres d'Allagnat .

     

     

    Parmi les arbres d'Allagnat .

     

     

    Parmi les arbres d'Allagnat .

     

     

    Parmi les arbres d'Allagnat .


    21 commentaires
  • Un monument aux Morts , parmi tant d'autres ... C'est celui de Royat ( 63 ) , sur la hauteur , un peu à l'écart , pour qu'on puisse s'y recueillir ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Cette célébration du centenaire de l'Armistice du 11 novembre 1918 nous concerne tous . Tous nous avons des grands-pères ou arrière-grands pères  qui furent des soldats de cette guerre si abominable .

    Ils nous ont laissé des lettres , des écrits qui nous permettent d'imaginer leur enfer .

    Voici , en hommage à tous ces hommes , quelques extraits du  récit de mon grand-père :  le quotidien de ces héros .

     

    "Le soir , notre bataillon reçut l'ordre d'attaquer . A neuf heures , nous commençons à avancer par une nuit très claire . Nous rampons dans un champ de luzerne dont la rosée nous trempe jusqu'aux os . Un silence ! On jurerait que nous n'avons personne devant nous .

    Tout à coup , le tic-tac d'une mitrailleuse . Autour de nous le miaulement rageur des balles qui passent par milliers . Nous avançons toujours à plat-ventre .

    Le capitaine est en avant , debout , calme . Un chien blanc passe devant nous dans l'ombre . Un hurlement de douleur . Le malheureux chien est la première victime .

     Les balles arrivent maintenant de plus en plus denses . Plusieurs mitrailleuses crachent sans arrêt . Mon voisin , légèrement en avant , se dresse soudain , comme mû par un ressort , puis retombe sur moi en disant : "Ah! ". Pour me dégager , je le saisis par la tête : il est mort . Jamais je n'oublirai son cri déchirant .

    Maintenant des obus de 77 ! Ils éclatent autour de nous avec un bruit métallique . C' est bientôt un fracas épouvantable .

    Un adjudant couché près de moi reçoit une balle qui le traverse de l'épaule au talon et coupe en même temps la courroie de ma gamelle . Un sergent prend le commandement de la section . Il est frappé à son tour .Deux autres officiers qui lui succèdent en quelques minutes , subissent le même sort .C'est intenable .

     

     

    On crie à tue-tête , pour se griser , pour faire peur à l'ennemi, avec l'espoir qu'il va se sauver peut-être . Un obus éclate tout près , dans un éclair. On ferme les yeux , on hésite l'espace d'une seconde, puis heureux de n'être pas touché , on avance en criant plus fort...Voici les barbelés ennemis, on enjambe... Ah saleté !...On se décroche , on s'arrache . Une mitrailleuse est là qui crache...Encore un pas , une grenade jetée , un saut dans un trou sombre , puis plus rien .

    Plus rien qu'une joie féroce , animale , immense , d'être là , vivant...Pendant quelques minutes , c'est de la folie...vous êtes mouillés jusqu'aux os , vous avez du sang partout sur vous...Bah , ça ne compte pas , on les a eus !

     

     

    Dans la vie civile , on reste évanoui pour la moindre blessure .J'ai vu là-bas des hommes , le ventre ouvert , maintenir leurs entrailles à deux mains et se sauver , tomber , se relever encore...J'ai vu un homme traînant sa jambe fracassée se servir de son fusil comme d'une béquille et courir vers la délivrance ...

     

     

     


    15 commentaires
  • Quand la couleur de mes arbres m'invite à aller voir au-dehors malgré le crachin et le vent ...

     

     

     

    Fanfares .

      

     

    Fanfares .

     

     

    Fanfares .

     

     

    Fanfares .

     

     

    Fanfares .

    Vivre l'automne dans ce châlet au bord du lac d'Aydat  doit être bien agréable ...

     


    11 commentaires
  •  

    Le village de Montel-de-Gelat (un peu plus de 500 habitants ) accueille chaque année en son église un festival Bach en Combrailles .

    Dans une chapelle de cette église on peut voir une  Mise au Tombeau datant du premier tiers du XVIe siècle .J'ai compté en Auvergne huit  Mises au Tombeau et à part celle de Salers et celle de Moulins  , elles ne sont pas très connues  , c'est pourquoi j'aimerais vous  présenter cs oubliées .

     

    Voici donc celle de Montel-de-Gelat.

    C' est une création de l'école de Chaource , dont la période d'activité a commencé en 1515 .Elle est en pierre peinte .

    Elle frappe  par sa sobriété,  par son intensité sans aucun recours à des effets dramatiques .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    St Jean , la Vierge , Marie-Madeleine .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les premières mises au Tombeau sont apparues au milieu de XIVe siècle et se sont multipliées aux XVe et XVIe .Ce thème , popularisé en Occident avec le retour des Croisades , s'était développé d'abord dans l'enluminure et la peinture murale .

    J'ai eu du mal à faire ces photos à cause de l'éclairage qui est à intensité décroissante .

     

     


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique