•  

     

    Parmi les arbres d'Allagnat .

     

     

    Parmi les arbres d'Allagnat .

     

     

    Parmi les arbres d'Allagnat .

     

     

    Parmi les arbres d'Allagnat .

     

     

    Parmi les arbres d'Allagnat .

     

     

    Parmi les arbres d'Allagnat .


    11 commentaires
  • Un monument aux Morts , parmi tant d'autres ... C'est celui de Royat ( 63 ) , sur la hauteur , un peu à l'écart , pour qu'on puisse s'y recueillir ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Cette célébration du centenaire de l'Armistice du 11 novembre 1918 nous concerne tous . Tous nous avons des grands-pères ou arrière-grands pères  qui furent des soldats de cette guerre si abominable .

    Ils nous ont laissé des lettres , des écrits qui nous permettent d'imaginer leur enfer .

    Voici , en hommage à tous ces hommes , quelques extraits du  récit de mon grand-père :  le quotidien de ces héros .

     

    "Le soir , notre bataillon reçut l'ordre d'attaquer . A neuf heures , nous commençons à avancer par une nuit très claire . Nous rampons dans un champ de luzerne dont la rosée nous trempe jusqu'aux os . Un silence ! On jurerait que nous n'avons personne devant nous .

    Tout à coup , le tic-tac d'une mitrailleuse . Autour de nous le miaulement rageur des balles qui passent par milliers . Nous avançons toujours à plat-ventre .

    Le capitaine est en avant , debout , calme . Un chien blanc passe devant nous dans l'ombre . Un hurlement de douleur . Le malheureux chien est la première victime .

     Les balles arrivent maintenant de plus en plus denses . Plusieurs mitrailleuses crachent sans arrêt . Mon voisin , légèrement en avant , se dresse soudain , comme mû par un ressort , puis retombe sur moi en disant : "Ah! ". Pour me dégager , je le saisis par la tête : il est mort . Jamais je n'oublirai son cri déchirant .

    Maintenant des obus de 77 ! Ils éclatent autour de nous avec un bruit métallique . C' est bientôt un fracas épouvantable .

    Un adjudant couché près de moi reçoit une balle qui le traverse de l'épaule au talon et coupe en même temps la courroie de ma gamelle . Un sergent prend le commandement de la section . Il est frappé à son tour .Deux autres officiers qui lui succèdent en quelques minutes , subissent le même sort .C'est intenable .

     

     

    On crie à tue-tête , pour se griser , pour faire peur à l'ennemi, avec l'espoir qu'il va se sauver peut-être . Un obus éclate tout près , dans un éclair. On ferme les yeux , on hésite l'espace d'une seconde, puis heureux de n'être pas touché , on avance en criant plus fort...Voici les barbelés ennemis, on enjambe... Ah saleté !...On se décroche , on s'arrache . Une mitrailleuse est là qui crache...Encore un pas , une grenade jetée , un saut dans un trou sombre , puis plus rien .

    Plus rien qu'une joie féroce , animale , immense , d'être là , vivant...Pendant quelques minutes , c'est de la folie...vous êtes mouillés jusqu'aux os , vous avez du sang partout sur vous...Bah , ça ne compte pas , on les a eus !

     

     

    Dans la vie civile , on reste évanoui pour la moindre blessure .J'ai vu là-bas des hommes , le ventre ouvert , maintenir leurs entrailles à deux mains et se sauver , tomber , se relever encore...J'ai vu un homme traînant sa jambe fracassée se servir de son fusil comme d'une béquille et courir vers la délivrance ...

     

     

     


    13 commentaires
  • Quand la couleur de mes arbres m'invite à aller voir au-dehors malgré le crachin et le vent ...

     

     

     

    Fanfares .

      

     

    Fanfares .

     

     

    Fanfares .

     

     

    Fanfares .

     

     

    Fanfares .

    Vivre l'automne dans ce châlet au bord du lac d'Aydat  doit être bien agréable ...

     


    10 commentaires
  •  

    Le village de Montel-de-Gelat (un peu plus de 500 habitants ) accueille chaque année en son église un festival Bach en Combrailles .

    Dans une chapelle de cette église on peut voir une  Mise au Tombeau datant du premier tiers du XVIe siècle .J'ai compté en Auvergne huit  Mises au Tombeau et à part celle de Salers et celle de Moulins  , elles ne sont pas très connues  , c'est pourquoi j'aimerais vous  présenter cs oubliées .

     

    Voici donc celle de Montel-de-Gelat.

    C' est une création de l'école de Chaource , dont la période d'activité a commencé en 1515 .Elle est en pierre peinte .

    Elle frappe  par sa sobriété,  par son intensité sans aucun recours à des effets dramatiques .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    St Jean , la Vierge , Marie-Madeleine .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les premières mises au Tombeau sont apparues au milieu de XIVe siècle et se sont multipliées aux XVe et XVIe .Ce thème , popularisé en Occident avec le retour des Croisades , s'était développé d'abord dans l'enluminure et la peinture murale .

    J'ai eu du mal à faire ces photos à cause de l'éclairage qui est à intensité décroissante .

     

     


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique