•  

    Tout d'abord un grand merci à ceux qui se sont inquiétés de ma longue absence . Leurs petits mots que je découvre me font grand plaisir .

    Non, je n'étais pas malade , non , je ne suis pas vraiment partie non plus , retenue cette année par la chatte que j'ai recueillie et que je n'ai personne pour soigner en mon absence .Depuis qu'elle est assurée d'avoir le gîte et le couvert , elle mène sa vie secrète dans la journée mais revient le soir se restaure , ronronner en mettant ses pattes autour de mon cou et dormir .

    Il se trouve que j'ai fui ma maison tous les jours de ce bel été de soleil et de lumière . Dès travaux indispensables ont été effectués pour rénover un pont dans les environs , une  déviation a  été nécessaire ... et toute la circulation passait devant chez moi .Un boucan invraisemblable ( et j'ai plaint les ouvriers que les fantaisies de la météo ont obligés à  travailler dans la canicule ...) Ne pouvant rester dehors , ne voulant pas m'enfermer ni non plus fréquenter les endroits touristiques noirs de monde , je suis allée à la découverte de la sculptures de toutes les petites ( et grandes) églises romanes de la région ,  que j'espérais ouvertes l'été .Et le me suis prise au jeu , mais c'est ...du travail et il faut du temps , ne serait-ce que pour se documenter sur ce qu'on voit !

    J'ajoute que ce qui m'a fait choisir cette activité cette année c'est que la nature ( faune , flore , que j'aime observer et photographier , a cette fois complètement déserté mon environnement immédiat et j'avoue avoir été découragée par  ce désert !

    Il me faut juste redonner un peu d'ordre a mon jardin qui a eu  vite fait de

    redevenir sauvage et je reviens vous voir dès que je peux !

     

     

    Retour .

     

     

     


    7 commentaires
  •  

     

    Cannibalisme ?

     

     

    La coccinelle , c'est tout pimpant , tout rond , tout gai , tout brillant , ça trottine gentiment le long des tiges , ça ne pique pas , c'est appelé

    "Bête à Bon Dieu " , considéré comme un porte-bonheur si cela vient se poser sur votre doigt , cela vous débarrasse des pucerons , bref , que du positif et rien d'agressif !

    Certes les étapes de sa croissance ne sont pas toujours bien jolies  , mais à chacun son âge ingrat !

     

     

    Cannibalisme ?

     

     

    Cannibalisme ?

     

     

    Cannibalisme ?

     

     

    Cannibalisme ?

     

     

    Cannibalisme ?

     

     

    Hier, mon regard est tombé   sur une feuille où j'ai d'abord cru voir réunies par le hasard 3 étapes de la vie de la coccinelle .

     

     

    Cannibalisme ?

     

     

    Mais en y regardant de plus près , ce n'était pas que cela !.

    Un individu était en train d'en dévorer un autre .

    Parmi les protagonistes , il n'y avait pas d'araignée , si petite soit-elle . Cela formait un tas informe , donc impossible à photographier de façon bien  lisible . Mais la situation était pourtant claire ...

     

     

    Cannibalisme ?

    Une coccinelle , l'aile à demi arrachée , remuait encore des pattes pour s'extirper de ce carnage .

    A côté d'elle , il y avait ce qui m'est apparu comme sa dépouille : elle devait tout juste avoir effectué sa dernière mue . Elle l'avait à peine achevée que le destin a mis sur son chemin une redoutable prédatrice .

    Une larve ...de coccinelle avait jeté son dévolu sur elle et était en train de la dévorer  !

    Cette vorace  a  dû saisir opportunément l'instant où sa congénère  était encore faible , juste avant qu'elle  ne sèche et se durcisse !

    Peut-être s'agit-il d'une larve de coccinelle asiatique ?

     

     


    29 commentaires
  •  

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

    Une infinie diversité .

     

     

     

    Cette série n'a pas toujours la netteté souhaitée . Ce printemps , ou il pleut  ou il y a du vent : il faut tenir le support de ces chenilles d'une main  et comme le sol détrempé est glaiseux , je me cramponne pour atteindre le végétal -hôte sans m'étaler - donc je tremble juste assez pour bien rater !

    Même si ces  photos ne me satisfont pas , je les conserve  car rien ne dit que ces espèces ne sont pas en train de disparaître .Cette année , en dehors  de quelques rares  piérides , tircis et argus , c'est jusqu'à présent le désert .

    Quant à identifier ces chenilles , je ne m'y risquerais pas , mais si quelqu'un les connaît , je suis preneuse de l'information !

     

     


    22 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

    Quand il ne pleut pas et que le sol a un peu séché , il faut se résoudre à la corvée de désherbage .

    Je tiens à ne rien utiliser  de chimique , mais franchement que c'est ennuyeux à faire ! Et bonjour les semelles de glaise !

    Il y a quand même quelques petites distractions , on remarque des choses  !

     

     

     

    Ce sont des cerises  issues d'un rejeton  d'un  défunt très vieux cerisier .Telles que vous les voyez , elles ne grossiront pas , comme chaque année ! Tant pis , je garde l'arbuste , pour ses fleurs au printemps !

     

     

     

    Dans la haie de pyracanthas , agressive au fond du jardin . Ce qui est bleu ne vient pas de chez moi : les petits bâtisseurs se sont donné du mal !

     

     

    Il ne reste qu'à souhaiter bonne chance à l'oisillon qui a percé la coquille !

     


    20 commentaires
  •  

     

    Que d'eau !

    Eclose à midi , morte le lendemain matin sous les gifles de la pluie furieuse .

    Les jours se suivent et se ressemblent , je ne peux m'empêcher de récriminer même si  j'en ai ai honte quand je pense à  tous ceux dont les orages ont anéanti le travail ou saccagé la maison .

     

     

     


    12 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    "Le chat est à nos côtés le souvenir chaud , poilu , moustachu et ronronnant d'un paradis perdu " Leonor Fini


    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique