•  

    J'aurais pu vous raconter les légendes qui entourent certaines de ces Vierges en Majesté .

    Mais j'ai choisi , pour clore cette série , quelque chose d'hélas plus contemporain et qui justifie que toutes ces statues soient désormais sous vitrines et protégées par tout un système de sécurité , ou parfois remplacées par des copies - et pourquoi beaucoup de belles églises sont toujours fermées.

     

    Vierge de l'église de Saint-Gervazy.

     Document emprunté sur le Net au site de l'association "Vierge Noire de Saint Gervazy" :

     

    Notre Dame de Saint Gervazy, vierge noire romane de majesté, date de la deuxième moitié du XIIe siècle. Elle se trouvait dans la chapelle du château avant d'être installée dans l'église. Elle a été classée monument historique le 5 décembre 1908. Volée dans la nuit du 17 au 18 juin 1983. C'est une copie en plâtre, don des services techniques et commerciaux de la réunion des musées nationaux, qui l'a remplacée. Ce n'est que 18 ans plus tard qu'un professeur en histoire de l'art l'a remarquée dans un catalogue de ventes aux enchères à Madrid. Il a prévenu la police et c'est  l'office central de lutte contre le trafic des biens culturels qui l'a ramenée en France. L'enquête de police a permis de remonter cinq acquéreurs successifs pour se terminer dans une salle des ventes Hollandaise fermée pour cause de faillite ce qui rend toute action judiciaire impossible. Depuis, son dernier possesseur a intenté un procès à la municipalité qui a finalement été condamnée contre toute logique par la cour de cassation de Riom à lui rembourser la somme de 10302€.

     

     

     

     

     

    Vierge de l'église de Vergheas (63)

     

    Tribulations ....

     

    Tribulations .... 

     

    Selon la légende , rapportée de croisade par des seigneurs de la région ,elle aurait été sculptée par des bergers palestiniens  .Elle fut volée dans l'église en 1976 , ce qui causa un grand choc dans la population du village parce qu'elle était vénérée depuis des siècles .On lui attribuait des miracles et notamment des guérisons miraculeuses .

    Elle a été restituée à la commune en 2002 par le directeur de l'Office Central de  Répression du Trafic des Biens culturels .En effet , elle avait fini par être proposée à un grand antiquaire parisien qui mena des recherches scrupuleuses et finit par découvrir le pot aux roses .Il contacta la commune pour la lui restituer sans contrepartie .(D'après un article de Libération du 4/07/2001.

    Dans l'intervalle , elle avait été remplacée par une oeuvre de Guy Sarliève . 

     

     

    Vierge de l'église Saint Martin de Courpière .

     

     

    Tribulations ....

       

    Elle fut volée en 2008 .Son périple compliqué aboutit   en   Belgique chez un antiquaire et il fallut trois ans de procédure pour la récupérer en 2012 ..En très mauvais état , elle fut restaurée dans les règles de l'art 

     

     

    Vierge de l'église de Saint-Victor-la-Rivière .

     

    Tribulations ....

     

    Là , ce n'est pas du tout d'un vol qu'il s'agit .

    A la fin du XIXème siècle cette statue était un peu à l'abandon .Le curé d'alors aurait été démarché par un représentant d'une maison spécialisée dans l'art sulpicien et qui lui aurait proposé d'échanger l'ancienne statue contre une réduction sur des statues en plâtre .

    Il se trouve que quelqu'un qui connaissait l'existence de cette statue du XIIème sièle visita un jour le Musée Lorrain de Nancy et la reconnut dans une vitrine .

    Le musée avait acquis légalement cette statue , il n'était donc pas question de lui en demander la restitution .On en a fait une copie qui a désormais repris sa place dans l'église .( d'après un article de La Montagne du  3/8/2013  )

     

     

     

     

     


    14 commentaires
  •  

    La première fois qu'on voit une de ces Vierges en Majesté , on est frappé par son hiératisme et son impassibilité . Son visage n'exprime aucune tendresse maternelle .

    Lorsqu'on en voit d'autres on se rend compte qu'elles sont le reflet d'une époque de grande insécurité et de ses angoisses .Si on est curieux , on essaie d'aller un peu plus loin .

    Ce Majestés représentent la Vierge en tant qu'outil de l'Incarnation . La féminité et la tendresse maternelle n'ont pas de place dans ce propos .

    "L'amour de Marie n'est pas centré sur la chair de sa chair mais sur le monde .Il est un don ; les regards de la Mère et de l'Enfant sont fixés sur nous :

     

    Vierges en Majesté (2)

     

     

    Si les visages de la Vierge sont très variés , de l'aristocrate  à la paysanne  ,

     

     

    Vierges en Majesté (2)

     

     

    Vierges en Majesté (2)

     

     

    Vierges en Majesté (2)

     

     

    Vierges en Majesté (2)

     

     

    de la jeune femme à la femme sans âge ,  on retrouve chez toutes la même gravité , la même noblesse d'expression .

     

     

    Vierges en Majesté (2)

     

     

    Vierges en Majesté (2)

     

      

    Il peut arriver toutefois qu'un sourire s'esquisse , annonçant discrètement l'évolution vers  les Vierges de l'art gothique . 

      

    Vierges en Majesté (2)

     

     

    Vierges en Majesté (2)

     

     

    Vierges en Majesté (2)

     

     

    A y regarder de plus près , la tendresse maternelle s'est réfugiée dans les mains . "longues mains à l'intense douceur qui tiennent , soutiennent et retiennent en un réflexe ultime , le genou et la taille de Jésus .

     

     

    Vierges en Majesté (2)

     

     

    Vierges en Majesté (2)

     

     

    Vierges en Majesté (2)

     

    "A Ronzières , la main gauche s'écarte résolument mais la droite tient bon ."

     

    Vierges en Majesté (2)

     

    "A Saint - Nectaire , Orcival , les mains s'ouvrent , les mains offrent ."

     

    Vierges en Majesté (2)

     

    Vierges en Majesté (2)

     

     

    Les citations sont extraites de fascicule paru aux éditions Debaisieux , " Vierges Romanes ".

    Toutes ces statues sont sous vitrines et souvent dans des endroits mal éclairés...

     

     


    20 commentaires
  •  On peut voir de nombreuses  Vierges en Majesté en Auvergne ..Beaucoup d'églises romanes , majeures ou humbles , ont conservé la leur malgré les guerres de religion , la Révolution, les défigurations imposées par les modes successives , les vols et le vandalisme . Beaucoup ont été restaurées par des experts en la matière et ont retrouvé leur beauté d'origine, d'autres ont été retrouvées grâce à des enquêtes policières persévérantes .

    Quelques unes sont du XIème et du XIII ème siècles ,  mais la grande majorité est du XIIème .

    Elles ont sans doute été réalisées en référence à la somptueuse Vierge qu'un évêque de Clermont-Ferrand  avait fait exécuter en 946 (Tête en vermeil , corps recouvert de plaques  d'argent , d'or et de cuivre , avec incrustations de pierres précieuses ) qui  a disparu à la Révolution pour être fondue en monnaie. Mais il en reste un témoignage dans un manuscrit du XIème siècle avec dessin à la plume .

     

    Vierges en Majesté en Auvergne (1) .

     

    Pourquoi a-t-il fallu attendre jusqu'au XII ème siècle pour voir apparaître ces Vierges en Majesté ?

    Peut-être à cause des vicissitudes du statut des représentations du divin dans le christianisme d'alors par suite d'interprétations divergentes de certains passages de la bible et notamment du deuxième commandement . C'est sans doute aussi pour cela que les auteurs de ces statues sont restés anonymes et que c'est souvent la légende qui raconte leur découverte .

    Finalement , c'est le culte idolâtrique consistant à vénérer des objets qui fut proscrit mais on admit les vertus  pédagogiques de l'Art sacré , surtout à cette  époque où peu de gens savaient lire .

    Le XII ème siècle a vu un grand renouveau du culte marial  et l'adoration des reliques . Et les Vierges en Majesté faisaient souvent fonction de reliquaires ...

    De plus ,quand on regarde les chapiteaux romans et les modillons , on se rend compte de la grande place que tenaient les péchés capitaux parmi les angoisses qui hantaient les esprits d'alors , et parmi eux , en bonne place ; la luxure - et  on comprend la ferveur dont était l'objet la Vierge , mère du Sauveur .On suppose que chaque église devait posséder sa Vierge en  Majesté .

    Ces statues sont en majorité en bois polychrome , de 60 à 83 cm de haut . La Vierge , hiératique , est assise sur un trône carré ou rectangulaire sur colonnettes , l'Enfant sur les genoux .Il a le visage d'un adulte et bénit de la main droite . Marie sert de trône à son Fils qui est la Sagesse incarnée .Elle est le"Sedes Sapientae" ( le trône de Sagesse  ).

     

    Vierges en Majesté en Auvergne (1) .

    Eglise de Saint-Gervazy (63)

     

    Ces statues étant  anonymes , on s'est demandé s'il y avait eu une multitude de sculpteurs. Mais des similitudes entre elles conduisent à penser qu'il y a eu trois ateliers .C'est visible notamment dans les drapés de la robe de la Vierge :

     

    - Plis en lanières 

     

    Vierges en Majesté en Auvergne (1) .

    Eglise de Heume-l'Eglise (63) 

     

    Vierges en Majesté en Auvergne (1) .

    Eglise de Meillers 

     

     

    -  Plis plus simples ;

     

    Vierges en Majesté en Auvergne (1) .

    Eglise St Martin  de Courpière (63) 

     

    -Vêtements aux plis plus ovales .

     

    Vierges en Majesté en Auvergne (1) .

    Eglise  St Julien  de Chauriat .  

     

    Vierges en Majesté en Auvergne (1) .

     

    Eglise de Mailhat (63) 

     

     


    25 commentaires
  •  

    Vous les reconnaîtrez :je parle bien sûr des instruments de musique ...

     

     

    Les reconnaissez-vous ?

     

     

    Les reconnaissez-vous ?

     

     

    Les reconnaissez-vous ?

     

     

    Les reconnaissez-vous ?

     

     

    Les reconnaissez-vous ?

     

    Abbaye de la Chaise - Dieu .Enfeu du tombeau de Rançon de Montclar ( milieu du  XIVème siècle )

     

     

    Les reconnaissez-vous ?

     

     

    Les reconnaissez-vous ?

     

     

    Les reconnaissez-vous ?

    Eglise St Cerneuf à Billom (63) . Chapelle de la famille des Aycelins  (XIVème siècle)  . Plus de 80 anges musiciens, dont 7 jouent des instruments à cordes , 7 à vent et 7 à percussion .

     

    Il est touchant de reconnaître là des instruments qui ont traversé les siècles ( leur apparition dans la décoration des églises à marqué un tournant de l'Eglise qui avait longtemps condamné   la musique instrumentale qu'elle associait aux cérémonies païennes célébrant les  faux dieux ... )

     

     ♥

     

    " La musique chasse la haine chez ceux qui sont sans amour. Elle donne la paix à ceux qui sont sans repos . Elle console ceux qui pleurent " Pablo Casals .

    Si seulement  c'était vrai !

    Plus sagement , je me contenterai de ces mots d'Albert Schweitzer :"Il y a deux moyens d'oublier les tracas de la vie : la musique et les chats !"

     

     

     


    20 commentaires
  •  

    Quand l'art est à la porte .

     

     

    Quand l'art est à la porte . 

     

     

    Quand l'art est à la porte .

      

     

    Quand l'art est à la porte .

     

     

    Quand l'art est à la porte .

     

     

    Quand l'art est à la porte .

     

      

    Quand l'art est à la porte .

     

     

    Quand l'art est à la porte .

     

     

    Quand l'art est à la porte .

     

     

    Quand l'art est à la porte .

     

     

    Quand l'art est à la porte .

     

     

    Quand l'art est à la porte .

     

     

    Quand l'art est à la porte .

     

     

    Quand l'art est à la porte .

     

     

    Toutes ces portes appartiennent à des édifices romans de Basse-Auvergne .

     


    15 commentaires
  •  

    Quelques péchés capitaux .

     

    - L'avarice .

    C'est un thème qu'on rencontre dans plusieurs églises dont celles-ci :

     

    Sculpture romane en Basse Auvergne - 5

    Basilique St Julien , Brioude (43) .

     

    Sculpture romane en Basse Auvergne - 5

    Eglise de Maringues (63) .

     

    Sculpture romane en Basse Auvergne - 5

    Collégiale  d'Ennezat (63) .

     

    A ne pas confondre le magot de l'avare et de l'usurier avec la sagesse , trésor chèrement acquis qu'il faut sans cesse défendre contre les démons .

     

     

    Sculpture romane en Basse Auvergne - 5

    Eglise de Chanteuges (43)

    Ici le personnage reste imperturbable devant les monstres qui l'encadrent et hurlent à ses oreilles sans parvenir à s'emparer de lui .

     

     

    Sculpture romane en Basse Auvergne - 5

     

     

    - La colère .

     

    Sculpture romane en Basse Auvergne - 5

    Modillon  .Eglise de La Godivelle (63)

     

     

    Sculpture romane en Basse Auvergne - 5

    Le suicide de la colère .Basilique  ND du Port  Clermont-Fd

    Des serpents enserrent le bras de la colère sur le point de se trancher la gorge .

      

    - La luxure .

     

    Sculpture romane en Basse Auvergne - 5

    Modillon de l'église de Jaleyrac (15) .

     

     

    Sculpture romane en Basse Auvergne - 5

    Modillon de l'église de Moussages (15)

     

     

    Sculpture romane en Basse Auvergne - 5

    Modillon de l'église de La Godivelle (63) .

     

     

    Sculpture romane en Basse Auvergne - 5

    Eglise  de Blesle (43)

    Chapiteau extérieur .

     

     

    Sculpture romane en Basse Auvergne - 5

    Jeune homme chevauchant un bouc .

    Eglise de Biozat  (03)

     

     

    Sculpture romane en Basse Auvergne - 5

    Id .

    Abbaye St Pierre de Mozac (63)

     

     

    Sculpture romane en Basse Auvergne - 5

    Id ;

    Eglise de Combronde (63)

     

     

    Sculpture romane en Basse Auvergne - 5

    Eglise de Mailhat (63)

     

     

    Sculpture romane en Basse Auvergne - 5

    Eglise de Bourbon l'Archambault (03) 

    Ici le personnage a pris  conscience du danger et sonne du cor pour alerter de la présence du Diable . 

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique