•  

    Le petit monde de l'herbe est fascinant .

    Cette petite araignée qui chasse  sur les fleurs est parfois  désignée du nom de celui dont on vient de commémorer le 5 mai de cette année  le bicentenaire de la mort : Thomise Napoléon , tel est son nom vernaculaire .

    Cette thomise globuleuse (synema globosum ) porte sur l'abdomen un motif qui rappelle tout à fait la silhouette du buste de Napoléon .

    Elle capture ses proies , parfois bien plus grosses qu'elle , avec ses longues pattes antérieures .

    Monsieur mesure 4mm , Madame 6,8 à 8 mm .

     

     

     


    16 commentaires
  •  

    Cette histoire est racontée par Erasme dans ses Colloques  (Manuel de conversation latine qui traite de nombreux sujets pour familiariser les écoliers avec la  latin et dont il y eut plusieurs éditions à succès de 1518 à 1533 ).

     

    La scène  se passe en Angleterre où on avait coutume de répandre des joncs séchés sur le sol .

    Un moine en avait fait un tas dans sa chambre en attendant de les étaler .

    Alors qu'il faisait la sieste , il fut réveillé par un crapaud  sorti de ces joncs  qui  s'était installé sans vergogne sur son visage et , horreur , avait rivé  ses pattes dans sa bouche .

    Que faire pour l'en délivrer alors qu'on était persuadé que le seul fait de toucher le dos d'un crapaud vous faisait tomber instantanément raide mort ?

    Heureusement , on savait aussi pertinemment que les araignées haïssaient  les crapauds .

    Et les moines étaient savants , comme chacun sait !

    Ils décidèrent donc de transporter l'infortuné très mal en point  dans l'embrasure de la fenêtre , où une araignée était aux aguets dans la belle grosse toile qu'elle avait tissée . Quand elle aperçut  le crapaud , vision insupportable , elle descendit vite fait sur un fil et le piqua profondément .

    Le crapaud enfla mais ne lâcha pas prise ! Il fallut que la velue s'y reprenne à trois fois pour qu'il tombât mort !

    "C'est ainsi que l'araignée se montra reconnaissante envers son hôte" !

    Et je rajoute : si vous n'avez pas trop peur des araignées , gardez-en quelques unes ...on ne sait jamais !!!

    Voici quelques unes de ces braves petites bêtes qui dormaient , elles , dans mon disque dur . !

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'araignée et le crapaud .

    "Oups ! Maintenant je vais faire gaffe !"

     

    Si vous aimez ce genre d'histoires , peut-être connaissez-vous le livre de Christophe Recoura , paru en 2007 aux éditions Fyp :

    Comment faire taire les grenouilles ? (Deux mille ans de science extravagante et d'animaux curieux .) C'est en le lisant que j'ai eu l'idée de cet article -et il est merveilleusement illustré  de dessins et de gravures d'époque .!


    16 commentaires
  •  

    Le tableau du samedi .

     

    En souvenir de Lady Marianne .

     

    Pour cette quinzaine , le thème est : le jaune .

     

    Le choix de ce thème est un vrai rayon de soleil , très  bienvenu en ce début d'année plutôt sombre !

    J'ai pensé tout de suite à Vermeer , à Turner , à Van Gogh , à Klimt , mais finalement , c'est vers Matisse que je me suis tournée , lui qui disait : "Ce que je rêve , c"'est un art d'équilibre, de pureté , de tranquillité , sans sujet inquiétant ou préoccupant pour tout travailleur cérébral, pour l'homme d'affaires aussi bien en lettres par exemple , un lénifiant , un calmant cérébral , quelque chose d'analogue à un bon fauteuil qui délasse de la fatigue physique .".

    Et j'ai choisi ce "Chat aux Poissons Rouges ", de 1912 .

     

    Le tableau du samedi .

     

     

    Ce chat au pelage inondé de soleil monopolise toute notre attention  .Malgré sa position inconfortable , nous n'avons aucun doute :si personne n'intervient , il va réussir son coup !

    Nous sommes témoins de cette scène qui se déroule dans un intérieur joyeux  aux couleurs éclatantes :le bouquet de fleurs fait écho aux motifs de la tapisserie et à la végétation aperçue par la fenêtre ouverte où même les arbres sont en fleurs et où le vert de la prairie et le bleu méditerranéen du ciel rappellent le bleu du guéridon et le vert de l'eau du bocal : il y a une harmonie parfaite intérieur/extérieur .Même les fruits posés sur le guéridon et l'encadrement de la fenêtre rendent moins insolite le jaune du chat. Le lumière joue sur son pelage dont les reflets roux et verts rappellent le rouge du carrelage et le vert de l'eau .Les poissons aux écailles scintillantes sont entourés d'un halo blanc qui symbolise ce scintillement.Les couleurs vivent .

    Entre 1912 et1914 , puis en 1923 et 1929 , Matisse a peint neuf fois des poissons rouges dans leur bocal :Intérieur , bocal de poissons rouges , Poissons rouges et sculpture , Poissons rouges avec fauteuil ...

    Pourquoi ce thème revient-il si souvent ?

    Il semble que Matisse ait été frappé , lors de ses deux voyages au Maroc en 1912-1913 , par le spectacle souvent vu d'hommes assis  se prélassant et  méditant tout en contemplant rêveusement des poissons rouges : tout un art de vivre !

     

    Le tableau du samedi .

    Matisse : Le Café Marocain  . 1913

     

    Il pourrait aussi s'agir d'une métaphore du peintre dans son atelier  et  des idées créatrices tournant dans sa tête ...

    Mais sur ce tableau du Chat aux Poissons Rouges , il y a un intrus , et quel intrus !

    Matisse aimait les chats et il en a toujours eu avec lui , comme on le voit sur de nombreuses photos .

    Le tableau du samedi .

     

    Ce thème du chat et des poissons avait déjà été traité par la peintre flamande Clara Peeters (1594-1657 ).

     

    Le tableau du samedi .

    Nature morte avec chat et poissons .

     

    Et par Chardin (1699-1779 )

    Le tableau du samedi .

    Chat avec raie , huître et pain .

     

    Sur ces deux tableaux , c'est le regard du chat qui dénonce son intention prédatrice :chez Matisse , c'est sa couleur jaune et sa taille par rapport au guéridon et à l'aquarium et c'est tout aussi efficace  !

    Et on ne peut s'empêcher de penser  au jaune du manteau de Judas dans le tableau de Giotto :

    Le tableau du samedi .

    On sait que depuis le  Moyen-Age , le jaune était devenu la couleur des traîtres , des menteurs , des êtres malfaisants, peut-être à cause du jaune -soufre : le diable ne sentait-il pas  le soufre ?

     

    Cependant , Matisse était le peintre de la joie de vivre .Les couleurs de ce tableau sont si gaies et éclatantes qu'on est persuadé que quelqu'un va venir sauver les poissons !

    Ce tableau du Chat et des Poissons est loin d'être le plus célèbre de la série et j'ai  regretté de ne  pas trouver  de commentaires le concernant en particulier .

     

     

     

     

     


    14 commentaires
  •  Le temps de la découverte 

     

    Quand la mort s'habille en jaune .

     

     

     

    Le temps des amours 

     

    Quand la mort s'habille en jaune .

     

     

     

    Les jours passent vite en été ...

    Quand la mort s'habille en jaune .

     

     

    La vie vous rogne les ailes parfois ...

    Quand la mort s'habille en jaune .

     

     

    Et puis soudain , ce qu'on n'attendait pas ...

    Quand la mort s'habille en jaune .

     

     

    Quand la mort s'habille en jaune .


    23 commentaires
  •  

     

    Gare aux étourdis !

     

     

     

    Gare aux étourdis !

     

     

     

    Gare aux étourdis !

     

     

     

    Gare aux étourdis !


    11 commentaires
  •  

    Les araignées se faisant  rares elles aussi cette année ,  ce  fut une bonne surprise de découvrir au soleil ,  dans les hautes herbes bordant un sentier , quelques belles épeires fasciées ( dite aussi argiope bruennichi ou encore araignée frelon ). Je n'en ai pas vu ailleurs ..Il existe chez ces araignées un grand dimorphisme sexuel , la femelle étant plus colorée et  plus grosse que le mâle (17mm et 7 mm !)

    Il s'agissait donc ici ici de femelles .

     

    L'épeire fasciée .

    Face dorsale

     

     

    L'épeire fasciée .

    Face ventrale .

     

     

    L'épeire fasciée .

    Vous remarquez , au sein de la toile , le zig-zag blanc qu'on appelle "stabilimentum" .Il a suscité plusieurs théories :

          -renforcement de la toile ,

                                                                                                          -procédé pour attire les proies , celle-ci étant particulièrement sensibles à sa brillance ,

                                                                                                            - protection pour l'araignée elle-même : agressée , elle fait vibrer sa toile                                                                                                                        et son corps ainsi agité à toute vitesse peut être confondu avec le stabilimentum  ...

    Cette araignée pratique le cannibalisme sexuel ...mais le mâle a la possibilité d'abandonner son système copulateur pour avoir la vie sauve !

     

    Elle  se nourrit d'insectes qu'elle piège dans sa toile et qu'elle emmaillote avec un rapidité remarquable .

    Ici , il lui a fallu quelque secondes pour ce malheureux criquet .

     

     

    L'épeire fasciée .

     

     

    L'épeire fasciée .

     

     

    L'épeire fasciée .

     

    Ici , c'est une libellule qui s'était fait prendre .Pas facile à emballer ...

     

     

    L'épeire fasciée .

     

     

    La plus grosse de ces argiopes n'a pas eu le loisir de rester longtemps dans les parages .Elle a été zigouillée vite fait par un ennemi des araignées .Quand je suis repassée devant , tout était piétiné rageusement et l'herbe où elle s'était établie avait été arrachée .Et après , on va verser des larmes de crocodile sur la raréfaction des espèces ...C'est qu'on aime la nature , et on y promène en pays conquis son droit de choisir ...!

     

     


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique