•  

     

    Dans un autre monde , peut-être ...


    9 commentaires
  •  

    Aperçu au détour d'une petite route , ce château inattendu , dans sa simplicité , m'est apparu avoir un petit air onirique et m'a rappelé quelques  vers  de Gérard de Nerval ..." Fantaisie",  je crois ...

     

    ...un château de brique à coins de pierre

    Aux vitraux peints de rougeâtres couleurs ,

    Ceint de grands parcs avec une rivière

    Baignant ses pieds , qui coule entre les fleurs .

     

    Puis une dame à sa haute fenêtre

    Blonde aux yeux noirs ,en ses habits anciens ...

    Que , dans une autre existence , peut-être,

    J'ai déjà vue et dont je me souviens.

     

     

     

     

    Ce n'est pas tout à fait cela , mais la petite musique y est .....

     

    .


    15 commentaires
  •  

     

    Quand mes yeux se posent sur ce petit tableau imaginaire et naïf peint un jour de nostalgie d'une région quittée avec regret , la musique du premier lied de La Belle Meunière , de Schubert , me vient irrésistiblement à l'esprit ...

     

    J'entendis un ruisseau murmurer

    Jaillissant de la source d'un rocher.

    Il descendait vers la vallée

    Si frais , si merveilleusement clair.

     

    Je ne sais ce qui me prit

    Ni qui me donna ce conseil

    Mais il me fallut le suivre

    Mon bâton de voyageur à la main 

     

    Toujours plus bas , toujours plus loin,

    Toujours au gré du ruisseau ,

    Le ruisseau qui murmurait toujours ,

    Toujours plus frais , toujours plus clair ...

    ............................


    7 commentaires
  •  

     

    En pause .


    22 commentaires
  •  

     

     

    Que j'aime voir ce marais paisible

    Il est tout bordé d'alisiers ,

    D'aulnes et d'osiers 

    A qui le fer n'est pas nuisible .

    Les nymphes y cherchant le frais

    S'y viennent fournir de quenouilles ,

    De pipeaux , de  jonce et de glais ,

    Où l'on voit sauter les grenouilles

    Qui de frayeur s'y vont cacher

    Sitôt qu'on veut s'en approcher .

     

    Jamais l'été ni la froidure

    N'ont vu passer dessus cette eau

    Nulle charrette ni bateau

    Depuis que l'un et l'autre dure ;

    Jamais voyageur altéré

    N'y fit servir sa main de tasse ,

    Jamais chevreuil désespéré

    N'y finit sa vie à la chasse

    Et jamais le traître hameçon

    N'en fit sortir aucun poisson .

     

     

    Saint-Amant  . La solitude . ...1617 .


    10 commentaires